Index du forum Les rubriques Histoire du vin et de la vigne... découvrir le vin, l'aborder, s'informer

Le vin pour les débutants, les amateurs et ceux qui veulent s'informer

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Vincent Ravenne » Ven 21 Août 2015 16:31

Bonjour Benjamin et nous te souhaitons la bienvenue sur Buveurs d'étiquettes.

Il y a plusieurs point pour lesquels nos avis convergent!
Chaque période de la vie d'un vin offre certains attraits et il peut être intéressant de les découvrir tous
J'ai la naïveté de penser que certaines caractéristiques des vins jeunes peuvent se retrouver sur des vins provenant de terroirs plus ou moins nobles (dans le sens potentiellement qualitatifs) et je trouve parfois dommage d'ouvrir des grands vins dans leur jeunesse où ce que tu décrits comme "l'ensemble des bouquets, le fruit, la fleur, le bois, les tanins ou l'acidité s'expriment de façon plus dynamique et l'équilibre peu sauter aux yeux " me semble aussi pouvoir se retrouver dans un tas de vins moins chers.
Mais à l'opposer, attendre la parfaite maturité du vin implique un tel nombre de paramètres que le risque de ne jamais bien gouter le vin existe... si au moins il reste buvable

Chacun prendra son parti, j'ai choisis d'avoir un beau fond de cave et d'essayer de viser l'apogée mais les autres choix peuvent être respectables pour peu que l'on ne vienne pas massacrer un vin de grand potentiel en disant que dans sa tendre jeunesse, il n'offre pas plus qu'un petit cru travaillé pour une consommation rapide ;)

:tchin:
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Benjineo » Lun 24 Août 2015 08:03

Bonjour Vincent et merci pour ton accueil !

Un plaisir plutôt fou mais vraiment intéressant et original serai de conserver plusieurs bouteilles d'un même vin, et de définir quelques dates clés d'ouverture. Remplir une petite fiche de dégustation à chaque fois histoire de ne pas oublier les détails des dégustations précédentes, et nous voilà observateur de changements plus ou moins marqués par le temps (et suivant le type de vin).
Je crois que je vais garder cette idée d'exercice bien au chaud :appl2: . A tester sur quelques crus bien choisis !

L'important reste comme tu le dis de ne rien massacrer, le reste n'est que le choix qui nous donnera le plus de plaisir ! Et sa peu varier selon l'instant, l'humeur et le contexte ;)
Benjamin du blog levinpourtous.com
Avatar de l’utilisateur
Benjineo
 
Messages: 26
Inscrit le: Ven 21 Août 2015 08:11

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Francisco » Sam 29 Août 2015 07:16

Bonjour Benjamin,

C'est une bonne idee les petites fiches.
J'ai essayé au debut sur un cahier, peu pratique
J'ai continué quelques années après sur cellartracker mon gestionnaire de cave qui offre la possibilité de noter ses vins.

Mais cela se heurte à plusieurs problemes :
- je ne suis plus comme un debutant à sortir mon calpin et à juger un vin sans prendre mon pied.
Au fil des temps, je m'aperçois que je prefere profiter des bons moments, de boire un vin que je trouve bon plutot avec des amis que de cracher dans un goblet un 16/20 avec autour de moi des gens qui ont l'air de se faire chier à ecrire des note sur 20 sur un carnet. J'ai participé beaucoup de club de l'autre forum d'à coté (et participe)
Certains membres sont devenus des potes ou des amis, mais il y a beaucoup de club où je me fais chier (je lance un pavé dans la marre) car il y a soit des gros timides ou des gens qui se prennent trop au sérieux

- mes gouts changent : j'aimais il y a 20ans que les bordeaux et les sauternes sucrés.
Il y a dix ans je n'aimais que les bourgognes et un peu moins les bordeaux.
Maintenant j'ai une preference pour les bourgognes, j'aime les loires blanc, les chablis, les cotes roties et je m'interesse aux vins etrangers.
Que valent donc mes notes de 2005, pas grand chose pour moi.
- que veulent dire mes notes ? A chaque fois que je me relis, il y a les memes mots preceder de un peu, belle, grosse.
"Nez de fruits rouges, nez de pinot noit, belle longueur, belle finale" en relisant mes notes cela me fait une belle jambe :D
Mais cela reste une bonne idée :D
Francisco
 
Messages: 133
Inscrit le: Lun 8 Déc 2014 20:57

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Benjineo » Lun 31 Août 2015 07:45

Tout à fait Francisco, il serait inutile de se lancer dans une telle dégustation si l'état d'esprit n'est pas à cette pratique. Et ça rejoint l'idée qu'on le fait "suivant le contexte" du moment. La difficulté de remplir une fiche de dégustation objective et pas trop bateau ajoute encore un frein à cela. Pas simple de décrire LA particularité qui nous resservira dans l'avenir...

J'avoue être orienté moi même par ma propre expérience (très courte) dans le vin, quand je parle de ce genre de test.
Bien sûr je sais me contenter de boire et savourer pour le seul plaisir de le faire (et heureusement :D ), mais j'ai encore la soif de la découverte qui s'ajoute à cela. Je n'ai pas encore la chance de pouvoir parler de dizaines d'années d'expérience de dégustation, ou de changement de goût suivant les ages :? . Je test, je découvre, je cherche à comprendre, à savoir pourquoi et comment...et mes commentaires s'en ressentent !

Malgré mon expérience sûrement bien moins riche que la tienne, je te rejoins complètement quand tu parles de ces dégustations au crachoir. Pour moi les plus insupportables sont ceux qui, comme tu l'as dit, se prennent trop au sérieux et te gâchent par leur présence jusqu'à ton plaisir de goûter.

Par contre c'est vrai que dans mon cas la dégustation de ce genre à encore tout son sens.
J'apprends, et je transmet ensuite ! :wineglass: et j'aime ça
Benjamin du blog levinpourtous.com
Avatar de l’utilisateur
Benjineo
 
Messages: 26
Inscrit le: Ven 21 Août 2015 08:11

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar LES SENTIERS » Jeu 7 Jan 2016 18:57

J'ai lu plusieurs de vos interventions plus enrichissantes les unes que les autres à ce sujet !
Le seul conseil que je peux donner en ce qui concerne le vieillissement des vins est très laconique :
Il ne faut jamais qu'un bon vin ne vieillisse plus que son propriétaire, sinon c'est catastrophique !
Il m'est arrivé de boire quelques vins arrivés à maturité (pas si souvent que cela d'ailleurs); ils me paraissaient supérieurs que lorsqu'ils étaient jeunes, mais la différence ne me semble pas aussi grande qu'on pourrait le croire !
J'ai bu aussi des vins qui avaient une jeunesse bien délicate et l'un de mes amis m'affirment qu'ils seront fantastiques s'ils restent trente ans sous verre : pour les dégustateurs qui ont passé les cinquante ans, ça rime à quoi ?
Je préfère les vignerons qui produisent des vins pour lesquels l'apogée se situe entre 10 et 15 ans ! Dans ce cas, tout espoir reste permis !
Avatar de l’utilisateur
LES SENTIERS
 
Messages: 274
Inscrit le: Mer 19 Mars 2014 13:01

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Vincent Ravenne » Dim 10 Jan 2016 09:55

une interventions pleine de sagesse...
Avec le calendrier qui ne s’arrête jamais d’égrener les mois et les années, son acuité me semble plus affirmée jour après jour :good:
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Christian Rausis » Dim 10 Jan 2016 15:21

En principe j'essaie d'avoir au minimum 6bt du même vin du même millésime, en général 12, des fois 24, par exemple pour le millésime 2015 en Valais qui s'annonce très prometteur.
Ainsi je peux étaler les dégustations dans le temps, voir l'évolution des bt et les apprécier selon les diverses phases de leur vie.
PS j'ai environ 1500 bt dans ma cave qui a une hygrométrie aux alentours des 80% et dont la température oscille entre 9 degrés l'hiver jusqu'à 18, voire 20 degrés durant les étés très chauds comme 2015.
Bien sûr, je prends également des bt à l'unité pour les goûter à l'aveugle et si elles me plaisent, j'en commande en conséquence.

Donc pour répondre à la question,wait or not wait, je dirais : "it depends".
Christian Rausis
Avatar de l’utilisateur
Christian Rausis
 
Messages: 3590
Inscrit le: Sam 8 Déc 2007 13:04
Localisation: Valais

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Lalex » Dim 10 Jan 2016 19:41

Bonsoir Christian,

En principe j'essaie d'avoir au minimum 6bt du même vin du même millésime, en général 12, des fois 24


Comment fais tu !!?? Impossible pour moi d'acheter par caisse de douze...et encore moins 24 si je veux pouvoir m'offrir tous les vins qui me font envie.

Le manque de place est aussi à prendre en compte car je tourne actuellement avec deux armoires à vin.
Et puis le budget aussi, car mes Chambertin, Richebourg et Musigny par caisse de 12 ou 24, faut qu'j'retourne voire mon DRH pour une grosse augmentation ! :jesors:

Qu'importe, Vincent m'a dit que les grands vins se buvaient chez les copains et comme je sais qu'il est du coté de Lourdes... :D

Alex,
Lalex
 
Messages: 2027
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Attendre ou ne pas attendre , telle est la question ...

Messagepar Lalex » Jeu 2 Mars 2017 13:19

.
Qu’est-ce que l’apogée d’un vin ?
Vous en avez forcément déjà entendu parlé. Toute amateur rêve de déguster ses flacons à leur apogée. Mais qu’est ce que l’apogée d’un vin ? Faut-il attendre ou se dépêcher de déguster votre bouteille? On vous dit tout ou presque pour que vous puissiez enfin vous dire : « c’était le bon moment ».





Pour commencer, réglons tout de suite un point qui souvent fait débat : l’apogée est un mot masculin. Oui ! Il définit le point de l’orbite d’un corps céleste (une planète par exemple) où la distance avec la terre est maximale. L’apogée est donc également un terme qui s’applique au vin et à la dégustation, pour indiquer la période idéale de consommation, celle à laquelle le vin aura atteint sa plénitude en termes d’arômes et de texture.

Le vin est un produit vivant

On ne le répètera jamais assez, le vin est un produit vivant. Il évolue avec l’âge et présente la particularité – tout au moins pour les meilleurs vins – de se bonifier avec le temps. On identifie généralement trois âges au vin : l’enfance, la jeunesse et la maturité. Passés ces trois périodes, le vin va lentement entamer sa phase de déclin. Pour autant, il ne sera pas forcément mort, il impressionnera peut-être moins, et procurera un plaisir gustatif plus subtil, mais parfois avec peut-être davantage d’émotion.

Existe-t-il donc une période idéale pour consommer un vin ? « Un bon vin doit être bon tout le temps » avait coutume de dire Henri Jayer, l’un des vignerons les plus emblématiques de Bourgogne. Il est vrai qu’à chacun de ces trois âges le vin présentera des qualités différentes. La notion de période idéale pour déguster un vin est donc, pour partie, subjective. Tout est affaire de goût. Certains amateurs recherchent la pureté du fruit dans un vin, d’autres préfèreront attendre que la matière se montre fondue, harmonieuse.
– Très jeune, le vin se montrera fougueux, avec un fruit intense au nez comme en bouche. La gourmandise avant tout donc mais pas encore toute sa complexité.
– Passées quelques années, le vin peut se refermer. Les arômes se font plus discrets, moins prononcés. Et le vin peut apparaître décevant.
– A son apogée, le vin atteint sa plénitude. Pour un blanc de garde, un grand vin blanc de Bourgogne montrera par exemple de superbes arômes de cire, de miel et une grande richesse. L’acidité présente à ses début aura tendance à s’effacer, à la condition bien sûr qu’elle ait été là au départ, ce qui n’est pas toujours le cas, notamment en raison des conditions climatiques. Pour un rouge, le vin montrera des arômes d’évolution, qui pourront revêtir les caractéristiques de sous bois dans le cas d’une année froide, ou des fruits mûrs ou compotés dans une année chaude. Peuvent s’y ajouter des arômes de tabac, de cuir ou même de truffe. En bouche, le vin se montrera plus délicat avec l’âge, comme délesté de ses tanins. La dégustation d’un vin mûr nécessite un apprentissage. Il est en effet nécessaire de s’adapter à ces vins qui peuvent parfois, étonner, voire ne pas être compris. Le vin devient beaucoup plus fluet, et joue sur la nuance, un bonheur pour les amateurs, un objet non-identifié pour les non-inités !

« Un bon vin est bon tout le temps » mais…

La phrase d’Henri Jayer est effectivement valable, notamment pour les flacons exceptionnels de Bourgogne qui présentent ce caractère unique d’être accessible à tous les âges. Cette capacité peut également être attribuée au travail menée en biodynamie, qui préserve le fruit du vin, et lui confère une réelle gourmandise dans sa jeunesse sans pour autant l’empêcher de vieillir.

Comment savoir qu’un vin est prêt à boire ?

Avant la forte hausse des prix intervenue depuis le début des années 2000, nombreux étaient les amateurs qui avaient pour habitude d’acheter une caisse de vins de 6 à 12 bouteilles et d’ouvrir leurs flacons petit à petit. Chaque dégustation amène en effet l’amateur à voir où en est le vin et si le fameux apogée est bien atteint. Pour un vin blanc, il faut mesurer si le vin est encore porté par l’acidité. Lorsque celle-ci aura totalement disparu, le vin blanc pourra sembler plus plat. Pour un vin rouge, on estimera la masse tannique du vin, par comparaison avec les autres composants aromatiques. Un rouge à son apogée en dispose encore, mais ces derniers sont assagis. Et l’astringence à quant à elle totalement disparu. Il est vrai cependant qu’avec le prix des vins, une caisse de douze bouteilles d’un premier cru classé de Bordeaux peut s’avérer inabordable.

Quand on n’a pas les moyens de mettre à l’épreuve de la dégustation une caisse entière de vin, certaines pratiques de vinification propres aux différentes régions viticoles ou à un vigneron permettent toutefois de se faire une idée de l’apogée des vins concernés. Le fait d’élever le vin en barrique, par exemple, le rendra moins accessible jeune. Quand le bois se révèle prédominant au nez, il peut parfois occulter la gamme aromatique du vin dans sa complexité. D’autre part, on peut établir la relation suivante : pour qu’un vin puisse vieillir, il doit contenir suffisamment de matière (du « gras » pour les blancs, des tanins pour les rouges) mais aussi de l’acidité, gage d’une bonne garde. Si le vin manque de l’une de ces composantes, alors il ne pourra pas vieillir correctement et devra être bu relativement rapidement.

Certains vins très riches en tanins sont taillés pour la garde. C’est le cas des grands crus classés de Bordeaux, par exemple. De ceux de la vallée du Rhône également, de l’Hermitage ou de Côte-Rôtie, au nord, à Châteauneuf du Pape, aus sud. Mais on pense aussi aux grands vins rouge du Sud de la France, ceux de Bandol notamment, à l’instar du Château Pradeaux, dont les vins sont capables de patienter en cave plus de 50 ans, les tanins laissant alors la place à un vin d’une incroyable finesse. Pour ces vins, la dégustation de millésimes jeunes se révèle une épreuve beaucoup plus compliquée. Le vin possède des tanins très sévères qui le rendent difficile à apprécier.

Enfin, n’oublions pas les effervescents ! Ces derniers peuvent également vieillir. Les grandes maisons (Krug, Dom Pérignon, Bollinger etc.) produisent des vins qui se bonifient avec le temps. Le problème est evidemment la bulle. Si l’on désire profiter d’un champagne d’un certain âge, mais doté d’une bulle encore bien présente, on pourra se tourner vers les cuvées RD (Récemment Dégorgé) ou DT (Dégorgement Tardif) de chez Bollinger et Jacquesson. Sinon, on pourra également profiter d’un vieux champagne, comme on déguste un grand meursault à son apogée, avec des arômes de truffes, de cire et de miel, mais dont la bulle a pratiquement disparu. Un expérience inoubliable. Pour plus d’informations : Un champagne peut-il se conserver ?

A chaque millésime, son exception

Evidemment, la richesse d’un vin dépend du millésime qui l’a vu naître. Tous les vins d’un même domaine ne sont pas dotés de la même capacité de vieillissement, celle-ci varie considérablement selon les millésimes. Un petit tour vers notre saga des millésimes vous permettra de mesurer – dans les grandes lignes – si votre vin est prêt à boire ou non.

Enfin, sur les pages de présentation des vins en vente, nous nous efforçons de vous indiquer à quel moment intervient l’apogée du vin. Cette estimation s’appuie sur notre expérience, et également sur les dégustations des professionnels (Parker, Bettane+Desseauve, RVF). Peut-être la façon la plus sûre de ne pas se tromper ;).

Et pour ceux qui ne veulent pas attendre ?

Tout amateur le sait bien, il en faut, parfois, de la patience, pour laisser le temps au vin d’atteindre son apogée. Mais tout n’est pas perdu pour autant ! Il existe des façons de tricher J. N’imaginez pas obtenir avant l’heure des arômes d’évolution en goûtant un vin très jeune, en revanche il est possible de « l’ouvrir » : certaines astuces et divers accessoires permettent d’assagir les tanins d’un vin ou de rendre ses arômes plus intenses. Pour cela, on ne saurait trop vous conseiller de lire cet article : Faut-il aérer les vins avant de les servir ?

Si vous devez retenir qu’un élément : ne demandez jamais un « vin de garde » à votre caviste si vous désirez le boire dans la soirée. Cette notion de vin de garde, vous l’assimilez peut-être à un « grand vin ». Le caviste, lui, pourra penser que vous souhaiter acheter ce vin pour l’oublier quelques années au fond de votre cave. Au contraire, demandez lui (ou à nous, aussi J) un vin prêt à boire. Il ne s’agira pas forcément d’un vin déjà doté de plusieurs dizaines d’années, mais si vous vous tournez vers certaines appellations réputées pour produire des vins prêts à déguster rapidement (c’est notamment le cas parmi les crus du Beaujolais, ou dans la Loire, ou encore en Côte Chalonnaise), vous trouverez des vins moins concentrés, plus fruités et qui se montreront immédiatement flatteurs.


www.idealwine.net


Alex,
Lalex
 
Messages: 2027
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Précédent

Retour vers Histoire du vin et de la vigne... découvrir le vin, l'aborder, s'informer

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité