Index du forum Les rubriques Histoire du vin et de la vigne... découvrir le vin, l'aborder, s'informer Histoire de vin Le vin en vidéo.

Retrouver ici toutes les vidéos sur le vin.

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Thierry Debaisieux » Mer 26 Juil 2017 09:48

Bonjour, Alex.

Je n'avais pas vu cette information sur la fusion Parker-Michelin.
Merci de l'avoir mise en ligne ici.

J'avais lu par contre le "Top 20 des vins du RhĂŽne".
Je m'attendais à un classement des Domaines alors que ce Top 20 repose sur un millésime d'une cuvée.
Bien cordialement,
Thierry Debaisieux
Thierry Debaisieux
 
Messages: 3409
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 21:50
Localisation: Nord

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Ven 28 Juil 2017 08:06

.
Louis Jadot acquiert le domaine Prieur-Brunet
Le domaine Prieur-Brunet, basé à Santenay, change de mains pour intégrer la maison beaunoise Louis Jadot.



La maison beaunoise Louis Jadot vient d'acquérir le domaine Prieur-Brunet, installé à Santenay (21) depuis plus de 200 ans. Le domaine comprend 18 hectares en CÎte de Beaune avec de trÚs belles appellations

A Santenay
Santenay 1er cru MaladiĂšre
Santenay 1er cru Comme
Santenay 1er cru Clos Rousseau
Santenay 1er cru Clos Faubard
Diverses parcelles de Santenay Village



A Chassagne-Montrachet
Chassagne-Montrachet 1er cru Morgeot
Chassagne-Montrachet 1er cru Embazées
BĂątard-Montrachet grand cru



A Meursault
Meursault 1er cru Les Charmes
Meursault village ChevaliĂšres
Diverses parcelles de Meursault Village



A Volnay
Volnay 1er cru Santenots



A Pommard
Pommard 1er cru Les PlatiĂšres



A Beaune
Beaune 1er cru Clos du Roi

Le domaine Prieur-Brunet a Ă©tĂ© crĂ©Ă© au dĂ©but du XIXe siĂšcle par Claude et Jean Prieur. Il est, jusqu'alors, toujours restĂ© dans la mĂȘme famille. Il est dirigĂ© par Dominique Prieur et son fils Guillaume reprĂ©sentant la huitiĂšme gĂ©nĂ©ration de la famille. La Maison Louis Jadot entend s'inscrire dans la continuitĂ© du travail rĂ©alisĂ© par la famille Prieur pendant toutes ces annĂ©es.

Louis Jadot est propriétaire ou travaille 225 hectares de vignobles en Bourgogne dont prÚs de 120 en CÎte-d'or avec : avec le Domaine des Héritiers Louis Jadot, le Domaine Louis Jadot, le Domaine Gagey et le Domaine du Duc de Magenta. La maison Jadot possÚde également le Chùteau des Jacques, en Beaujolais et le Domaine Ferret, à Fuissé, en Mùconnais.


La maison Louis Jadot a été créée en 1859 par Louis-Henri-Denis Jadot. En 1985, la famille de Rudy Kopf, importateur des vins de la Maison aux Etats-Unis, acquiert la maison. Pierre-Henry Gagey est Président de la SAS Maison Louis Jadot depuis 1992.


www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Thierry Debaisieux » Ven 28 Juil 2017 13:16

La Maison Louis Jadot entend s'inscrire dans la continuité du travail réalisé par la famille Prieur pendant toutes ces années.

Et au niveau du boisé?
Je trouve les blancs de Jadot un peu trop marquĂ©s par le bois, mĂȘme s'ils sont de grande qualitĂ©.
Bien cordialement,
Thierry Debaisieux
Thierry Debaisieux
 
Messages: 3409
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 21:50
Localisation: Nord

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Ven 28 Juil 2017 19:00

.
Saint-Émilion : Chñteau Troplong Mondot change de mains
Nouvel Ă©pisode dans le « mercato des chĂąteaux » trĂšs agitĂ© cet Ă©tĂ© sur la rive droite bordelaise. ChĂąteau Troplong Mondot, Premier Grand Cru ClassĂ© B, vient d’ĂȘtre vendu au groupe de rĂ©assurance français SCOR.




Depuis le dĂ©cĂšs de Christine Valette-Pariente en 2014, Ă  la veille des dĂ©gustations primeurs, les rumeurs Ă©taient nombreuses sans que rien ne soit rĂ©ellement finalisĂ©. Tout le monde savait qu’un jour oĂč l’autre ChĂąteau Troplong Mondot changerait de main.

C’est dĂ©sormais chose faite avec l’annonce de l’acquisition du domaine par le groupe SCOR, une sociĂ©tĂ© française de rĂ©assurance. SCOR sera seul maitre Ă  bord puisque le rachat porte sur l’ensemble des parts du ChĂąteau Troplong Mondot, qui appartenait Ă  Xavier Pariente et aux ayants droit de Christine Valette-Pariente.

Le ChĂąteau Troplong Mondot jouit d’une situation exceptionnelle avec 33 hectares de vignes d’un seul tenant, sur un des points culminants de Saint-Émilion, la butte de Mondot (106 mĂštres) et sur le plateau calcaire qui va jusqu’à la cĂŽte Pavie. Une situation d’exception avec un encĂ©pagement de 90% de merlot, 5% de cabernet franc et 5% de cabernet-sauvignon.

Connu et reconnu Ă  travers le monde, le ChĂąteau possĂšde Ă©galement un restaurant Ă©toilĂ©, Les Belles Perdrix, rĂ©compensĂ© d’une Ă©toile au cĂ©lĂšbre guide rouge, et qui fait, comme le confirme Myriam Ruer, la directrice de la communication de ChĂąteau Troplong Mondot, parti du rachat.

Xavier Pariente, l’actuel copropriĂ©taire et gĂ©rant, maintiendra ses fonctions pendant 3 mois avant la nomination par le nouvel acquĂ©reur d’un nouveau directeur gĂ©nĂ©ral.


www.terredevins.com

Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Ven 28 Juil 2017 19:06

.
Provence, RhĂŽne, Corse : les incendies menacent les vignes
Plus de 6000 hectares ont déjà brûlé cet été, principalement en Provence, dans le Sud de la vallée du RhÎne et en Corse, mobilisant des centaines de pompiers. Quelques parcelles et bordures de vignes ont été touchées
 Depuis deux jours, la situation est trÚs préoccupante dans le Var.




Si en Corse, l’incendie a Ă©tĂ© cantonnĂ© au maquis au dessus de Biguglia, ne franchissant pas la crĂȘte vers les vignes d’Oletta et Patrimonio, les flammes se sont approchĂ©es de prĂšs du vignoble de CamaĂŻssette en Coteaux d’Aix et Villa Mina Vineyard Ă  Saint-Cannat, en IGP Bouches-du-RhĂŽne. Quelques rangs de vignes de Fredavelle Ă  Eguilles (13) ont nĂ©anmoins grillĂ©. Les Quatre Tours Ă  Venelles (13) auraient perdu un demi-hectare sur la vingtaine que compte la cave. A La Croix-Valmer, prĂšs de Saint-Tropez, des vignes ont Ă©tĂ© abĂźmĂ©es vers le domaine de la Croix et de la Bastide Blanche. Des forĂȘts, des champs, des bords de vignes et une maison ont brĂ»lĂ© au domaine de la Tourraque qui a Ă©tĂ© cernĂ© plusieurs heures par l’incendie et qui pourrait perdre entre 5 et 20% de sa rĂ©colte.

Plus de 800 ha entre Bormes et La Londe

Les dĂ©gĂąts les plus importants seront sans doute a dĂ©plorĂ© entre Lalonde les Maures et Bormes-les-Mimosas dans le Var. Les routes de LĂ©oube, du Carrubier et de BrĂ©gançon ont Ă©tĂ© interdites Ă  la circulation Ă  la suite de l’évacuation de 12000 personnes, les tĂ©lĂ©phones de la plupart des domaines ne rĂ©pondent plus. 800 ha le long des belles plages de l’ArgentiĂšre et de l’Estagnol, du massif des Maures jusqu’à Cabasson, au Cap et au Gaou BĂ©nat, les contreforts du lac du Trapan, le bois de la SangliĂšre et le chemin du paradis face au domaine Ott sont partis en fumĂ©e, le feu ayant Ă©tĂ© attisĂ© par un mistral de plus de 80 km/h. A LĂ©oube, domaine viticole protĂ©gĂ© de plus de 500 ha, une partie du maquis et des forĂȘts ont brĂ»lĂ©. « Les vignes font bien sĂ»r pare-feu mais quelques rangs ont forcĂ©ment pris un coup de chaud, commente Jean-Pierre Fayard du ChĂąteau Sainte-Marguerite, prĂ©sident des Vignerons de La Londe. On perdra forcĂ©ment du volume sur cette rĂ©colte en espĂ©rant qu’il n’y aura pas trop de mortalitĂ© en bordure et que les pieds repartiront l’annĂ©e prochaine ».

A BrĂ©gançon, c’est surtout la forĂȘt classĂ©e en face du chĂąteau qui a Ă©tĂ© touchĂ©e par les flammes qui ont dangereusement approchĂ© des bĂątiments. Des fumĂ©es sont entrĂ©es dans la cave qui a Ă©tĂ© immĂ©diatement aĂ©rĂ©e pour Ă©viter l’impact sur les vins. Le bout du domaine Ott a vu Ă©galement les flammes de prĂšs. A Malherbe, propriĂ©tĂ© des Ferrari, « l’incendie a rĂ©ussi Ă  dĂ©truire les bords de certaines parcelles sur 25-30 m., selon les essences d’arbres, raconte le directeur technique du chĂąteau, Arnaud Ferrier, notamment celle bordĂ©e par les cyprĂšs qui se sont embrasĂ©s comme des torches. Les vignes entourĂ©es d’oliviers ont finalement Ă©tĂ© mieux prĂ©servĂ©es. Le principal est que les bĂątiments sont intacts mais on va sans doute perdre prĂšs de 20% de la rĂ©colte et on continue Ă  arroser les souches pour Ă©viter que le feu ne reparte ». La Pointe du Diable, sur une partie du domaine des Ferrari, porte aujourd’hui tristement son nom



www.terredevins.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Sam 29 Juil 2017 19:09

.
Plus de 35.000 euros pour une rare bouteille de rouge australien
Une trÚs rare bouteille du prestigieux vignoble australien Penfolds a été vendue pour 51.750 dollars australiens (35.158 euros), a annoncé une maison d'enchÚre australienne, ce qui pourrait constituer un record.




Il s'agit d'un Penfolds Grange 1951, premier millésime de ce vin rouge de collection majoritairement à base de syrah, dont il resterait moins d'une vingtaine de bouteilles.
"Il est trÚs rare d'atteindre ce genre de somme, mais cette bouteille fait partie de l'histoire du vin australien", a déclaré Nick Stamford, propriétaire de MW Wines qui a organisé la vente à Melbourne mercredi.
"Nous pensons que c'est un des vins les plus chers vendus en Australie", a-t-il ajouté sans dévoiler le nom de l'acquéreur.

Lire aussi : Dans le secret des grands vins d'Australie

Penfolds, qui produit du vin depuis 1844, est particuliÚrement connu pour son Grange qui avait été créé en 1951 par le viticulteur Max Schubert qui avait auparavant étudié comment s'élevaient les Bordeaux.
Le premier millésime commercialisé avait été le 1952, le 1951 ayant été donné aux amis et membres de la famille des propriétaires du groupe.
Depuis le Penfolds Grange a été plusieurs fois distingué.
Le millésime 1990 avait été élu en 1995 "vin de l'année" par la revue "Wine Spectator" qui, pour la premiÚre fois, n'attribuait pas ce titre à un nectar français ou californien.
Le 2008 avait pour sa part reçu de l'influent critique de vin, Robert Parker, la note parfaite de 100.


avis-vin.lefigaro.fr


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Sam 29 Juil 2017 19:10

.
Champagne: la vendange 2017 annoncée "précoce" et de "belle qualité"
La prochaine vendange, "l'une des cinq plus précoces de l'histoire de la Champagne", est placée sous des auspices favorables, portée par de bonnes conditions météorologiques estivales, ont affirmé les vignerons et les maisons de champagne.




La prochaine vendange, "l'une des cinq plus précoces de l'histoire de la Champagne", est placée sous des auspices favorables, portée par de bonnes conditions météorologiques estivales, ont affirmé les vignerons et les maisons de champagne. "C'est une année assez facile pour les vignerons, ils sont sereins et c'est une vendange de belle qualité qui s'annonce", s'est réjoui Maxime Toubart, président du Syndicat général des vignerons de la Champagne, en conférence de presse.
"On annonce les premiers coups de sĂ©cateur fin aoĂ»t", a-t-il ajoutĂ©, en prĂ©cisant que les dates de dĂ©but des vendanges pour chaque village de l'appellation seraient arrĂȘtĂ©es le 26 aoĂ»t. "L'Ă©volution de la vigne prĂ©sente une dizaine de jours d'avance sur la moyenne dĂ©cennale", a aussi estimĂ© le ComitĂ© Champagne, rappelant que cette vendange serait alors "une des cinq plus prĂ©coces de l'histoire" de l'appellation.

Lire aussi : Les ravages du gel printanier d'avril vont coûter cher aux vignobles

Malgré les épisodes de gel tardifs au printemps qui ont causé "20% de dégùts sur les bourgeons" dans certains secteurs, à l'image de l'Aube et de la Montagne de Reims, la météo estivale depuis la mi-mai a permis de retrouver "un vignoble vert et sain", selon l'organe interprofessionnel. Dans ce contexte, vignerons et négoce se sont accordés sur un "rendement commercialisable de 10.800 kilos/hectare", soit "10.300 kilos/hectare" à récolter et "500 kilos/hectare" sortis de la réserve, constituée de vins issus de récoltes antérieurs.
Ces quotas visent Ă  "rĂ©pondre Ă  la demande croissante des marchĂ©s", en particulier celui du grand export - États-Unis, Australie, Japon et Chine - qui a bondi de 17,9% au premier semestre 2017 alors que le marchĂ© français reste, lui, toujours en retrait.
"Si on continue comme ça 2017 va ĂȘtre une annĂ©e record en chiffre d'affaires" pour la filiĂšre, a prĂ©sagĂ© Jean-marie BarillĂšre, prĂ©sident de l'Union des Maisons de Champagne, qui s'est dit "plus optimiste qu'en 2016 et 2015".

Avec AFP.


avis-vin.lefigaro.fr


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Thierry Debaisieux » Sam 29 Juil 2017 19:36

Didier Gimonnet nous a souligné le nombre en croissance constante des millésimes précoces.
RĂ©chauffement climatique?
Bien cordialement,
Thierry Debaisieux
Thierry Debaisieux
 
Messages: 3409
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 21:50
Localisation: Nord

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Lun 31 Juil 2017 06:57

.
Guigal rachĂšte le domaine de Nalys Ă  ChĂąteauneuf-du-Pape
Comme dans toute industrie, les transactions sont monnaie courante dans le monde du vin. Fin juillet signe l’acquisition du domaine de Nalys par la maison Guigal. Une premiĂšre pour la famille situĂ©e dans la vallĂ©e du RhĂŽne septentrionale qui se tourne vers la partie mĂ©ridionale, en dĂ©butant avec une appellation de premier choix : ChĂąteauneuf-du-Pape.




Les vins de ChĂąteauneuf du Pape ont acquis une renommĂ©e mondiale, suscitant de nombreux appĂ©tits. ConsĂ©quence : tandis que certains sont en vacances, d’autres ne chĂŽment pas. En cette fin juillet 2017, la maison Guigal a annoncĂ© avoir rachetĂ© le domaine de Nalys Ă  l’assureur Groupama. SituĂ©e dans la partie mĂ©ridionale de la vallĂ©e du RhĂŽne, elle Ă©tait la propriĂ©tĂ© du groupe depuis 1975. Cette acquisition permet Ă  la maison basĂ©e Ă  Ampuis de s’implanter dĂ©finitivement dans la partie mĂ©ridionale oĂč elle n’exerçait jusqu’à prĂ©sent qu’une activitĂ© de nĂ©goce. Le domaine de Nalys commercialise environ 300 000 bouteilles par an en collaboration avec une quarantaine de vignerons sur place. Marcel Guigal, prĂ©sident de la sociĂ©tĂ© Ă©ponyme, affirme en effet que la famille Ă©levait et sĂ©lectionnait des vins de la prestigieuse appellation ChĂąteauneuf-du-Pape depuis 1946. Il semblait donc tout Ă  fait logique que Guigal souhaite contribuer Ă  entretenir la renommĂ©e de cette rĂ©gion.

Pour ceux qui l’ignorent, le domaine de Nalys exploite une cinquantaine d’hectares Ă  l’est du village ChĂąteauneuf-du-Pape plantĂ©s sur les trois grands terroirs Castelpapal. Ceux-ci, tout en coteaux, longent la route de CourthĂ©zon. L’ancien propriĂ©taire, le docteur Duffays, a contribuĂ© Ă  faire connaĂźtre les vins blancs de l’appellation, qui reprĂ©sentent 15% de la production. DĂ©sormais, une douzaine de personnes cultivent 13 cĂ©pages sur le domaine (grenache gris, noir et blanc, syrah, mourvĂšdre, cinsaut, counise, muscardin, vaccarĂšse, terret noir, clairette, roussane, bourboulenc, picardan, piquepoul) selon des mĂ©thodes d’agriculture raisonnĂ©e.

EstimĂ©e Ă  50 millions d’euros (selon le magazine spĂ©cialisĂ© Rayon Boissons), la transaction concerne le vignoble, les bĂątiments, l’outil de vinification et le stock de vin. Celle-ci rĂ©jouit les parties prenantes de toute part. MĂȘme si quelques travaux sont envisageables dans la cave, la maison Guigal s’enthousiasme Ă  l’idĂ©e d’acquĂ©rir un domaine aussi bien situĂ© et entretenu. De son cĂŽtĂ©, Amaury Cornut-Chauvinc se fĂ©licite de remettre les clĂ©s de la propriĂ©tĂ© Ă  une famille rĂ©putĂ©e pour sa rĂ©gularitĂ© et sa rigueur sans faille. Les habitants de la rĂ©gion eux-mĂȘmes expriment leur satisfaction, estimant que ce rachat contribuera Ă  accroĂźtre le prestige de cette appellation dont le prix de l’hectare oscille entre 350 000 et 400 000 €.

Cette premiĂšre acquisition dans la vallĂ©e du RhĂŽne mĂ©ridionale pour la maison Guigal signerait-elle le dĂ©but d’une nouvelle Ăšre, avec de futures transactions Ă  la clĂ© ? Affaire Ă  suivre
 J


www.idealwine.net

Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Lun 31 Juil 2017 06:58

.
PALMARES Loire : le TOP 20 des vins les plus chers
Poursuivons notre tour de France des palmarĂšs qui recensent les vins les plus chers vendus aux enchĂšres au 1er semestre 2017, avec aujourd’hui, le classement des vins de Loire. Si le haut du podium est trustĂ© par les stars rĂ©gionales, on y trouve aussi des domaines ultra-pointus et mĂ©connus du commun des mortels.




Les vins de la vallĂ©e de la Loire sont rĂ©putĂ©s offrir certains des meilleurs rapports qualitĂ©-prix de France. MĂȘme si dans l’ensemble les prix demeurent attractifs, certains domaines voient leurs cours s’envoler aux enchĂšres, Ă  l’instar du cĂ©lĂ©brissime Clos Rougeard, mais aussi d’autres exploitations plus confidentielles.

Si l’on classe les enchĂšres du premier semestre enregistrĂ©es sur iDealwine, le Clos Rougeard monopolise la tĂȘte du palmarĂšs avec 18 des 20 lots les plus chers, le record s’établissant Ă  924€ sur un saumur-champigny Le Bourg 1989, adjugĂ© Ă  un amateur français. D’oĂč l’idĂ©e de se concentrer sur un autre TOP 20, classĂ© par domaine : une seule cuvĂ©e est alors retenue pour chaque producteur, afin de faire ressortir les 20 exploitations dont les vins atteignent les prix les plus Ă©levĂ©s dans les ventes aux enchĂšres. On constate une bonne diversitĂ© des appellations reprĂ©sentĂ©es dans ce TOP 20, avec une belle variĂ©tĂ© d’appellations Saumur-Champigny, Vouvray, Sancerre, Pouilly-FumĂ©, Chinon, Anjou, Saumur BrĂ©zĂ©, Coteaux du Layon, SavenniĂšres, Montlouis et Saumur.

Les vins blancs sont majoritaires dans le classement (12 cuvĂ©es), incluant quelques liquoreux: Vouvray Goutte d’Or du Clos Naudin, Vouvray CuvĂ©e Constance Domaine Huet, Coteaux du Layon CuvĂ©e Anthologie domaine Delesvaux.

Le palmarĂšs fait sans surprise la part belle Ă  des signatures bien Ă©tablies telles que le Clos Rougeard bien sĂ»r (#1), Clos Naudin (#2), Huet (#3), Dagueneau (#5), François Cotat (#6), Charles Joguet (#7) ou encore La CoulĂ©e de Serrant (#11). Sans oublier le trĂšs renommĂ© Pouilly FumĂ© Baron de L du domaine de Ladoucette (#18). Le classement met Ă©galement en lumiĂšre quelques noms de vignerons trĂšs pointus, qui font en ce moment grimper les enchĂšres sur leurs vins « nature », bio ou biodynamique. C’est le cas du domaine Edmond Vatan qui arrive en 4e position avec son sancerre Clos de la NĂ©ore 2015 adjugĂ© 216€, ou de Richard Leroy, au 8e rang du classement, et dont la cuvĂ©e d’anjou Les NoĂ«ls de Montbenault (2005 Ă  156€) est l’un des vins les plus recherchĂ©s du moment. Tout aussi pointus, et mĂȘme carrĂ©ment confidentiels, on trouve ici StĂ©phane Bernaudeau (#13 avec sa fameuse cuvĂ©e Les Nourrissons ; La ferme de la SansonniĂšre, un domaine en biodynamie et vins nature (#15), Eric Morgat, un domaine en bio (#19), Delesvaux, spĂ©cialisĂ© sur les chenins passerillĂ©s et botrytisĂ©s produits en biodynamie (#10) et enfin Pascal Cotat qui produit Ă©galement de beaux sancerres dans son domaine confidentiel de 2,5 hectares (#20).

PalmarĂšs dans le palmarĂšs, soulignons qu’un TOP 5 se dĂ©marque, qui joue dans la catĂ©gorie supĂ©rieure, avec des prix au-delĂ  des 200€, comprenant le Clos Rougeard, le Clos Naudin, Huet, Edmond Vatan et Dagueneau. Si le premier domaine du classement, le Clos Rougeard, est dĂ©sormais hors d’atteinte pour vous, tournez-vous vers le domaine du Collier, propriĂ©tĂ© d’Antoine Foucault (fils de Charly Foucault). Gageons que son saumur ne va pas rester longtemps Ă  la 17e position du classement. Quant au 2e domaine figurant sur le podium, notez qu’il s’agit d’un vin introuvable, ce vouvray Goutte d’Or du Clos Naudin, une raretĂ© absolue, n’est produit que dans les millĂ©simes exceptionnels – seulement 3 – : 1947, 1990 et 2011, ce dernier ayant Ă©tĂ© adjugĂ© pour 504€.

Qui l’aurait cru il y a seulement quelques mois ? Dans ce palmarĂšs pas un seul vin ne se situe au-dessous de 50€. Une belle dĂ©monstration du prix que les amateurs iDealwine sont prĂȘts Ă  dĂ©bourser pour mettre la main sur l’une des pĂ©pites de la rĂ©gion. Chers clients, votre niveau de connaissances est dĂ©cidĂ©ment trĂšs pointu, toutes nos fĂ©licitations ;). Il ne vous reste plus qu’à continuer Ă  guetter les futures stars du classement



www.idealwine.net


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Lun 31 Juil 2017 07:02

.
Traitements : la Bourgogne veut répondre aux attentes sociétales
L'utilisation des produits phytosanitaires en viticulture suscitant de plus en plus d’inquiĂ©tudes chez les riverains des communes viticoles, la filiĂšre des vins de Bourgogne met en place des mesures pour y faire face.

Les images de cartes postales cachent parfois une difficile cohabitation. Une cartouche de fusil de chasse et des menaces de mort. C’est ce qu’avait dĂ©couvert JĂ©rĂŽme Chevalier, prĂ©sident de l’Union des Producteurs de Vins MĂącon (UPVM) dans une enveloppe Ă  son domicile le 18 mai 2016.




L’auteur(e), anonyme, a demandĂ© l’arrĂȘt de l’usage des produits phytosanitaires, « s’il n’y a pas de rĂ©action, alors il y aura des victimes chez les viticulteurs », prĂ©cisait le courrier.
Chacun dans la profession a Ă©galement en tĂȘte l’épisode de l’école de Villeneuve. En 2014, 23 Ă©lĂšves de cette Ă©tablissement Ă©lĂ©mentaire prĂšs de Blaye en Gironde avaient ressentis diffĂ©rents symptĂŽmes suite Ă  un traitement rĂ©alisĂ© dans les vignes mitoyennes.

Pour prĂ©venir ce type de mĂ©saventure, la Bourgogne s’est dotĂ©e d’un plan d’action visant Ă  gĂ©nĂ©raliser le bon usage des produits de traitements. Une Charte RĂ©gionale baptisĂ©e « Engager nos terroirs dans nos territoires» a Ă©tĂ© signĂ©e lors de l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale du l’Interprofession bourguignonne (BIVB) le 4 juillet dernier.

Les sites sensibles (Ă©coles, maisons de retraites, sites de pratiques sportives, etc.) sont plus particuliĂšrement au cƓur de la problĂ©matique. L’objectif de la charte est avant tout d’instaurer ou d’intensifier le dialogue avec la sociĂ©tĂ© civile. Un Ă©change rĂ©gulier et constructif avec pour prĂ©alable la considĂ©ration que tout site habitĂ© est une zone sensible.

La charte « veut assurer la maitrise des risques santĂ© et environnementaux liĂ©s aux pratiques de protection du vignoble contre les maladies et les ravageurs. Elle constitue la premiĂšre action du Plan RĂ©gional, construit avec des objectifs clairs, qui sera testĂ© sur le terrain pendant un an, afin d’évaluer sa faisabilitĂ© et d’ajuster les actions Ă  mener si nĂ©cessaires. », prĂ©cise le BIVB.

D’ici 2022 la filiĂšre des Vins de Bourgogne aura mis en place un plan de changement et d’adaptation du matĂ©riel. Elle prĂ©voit aussi des projets de Recherche et DĂ©veloppement, et des projets collectifs, visant la rĂ©duction de l’utilisation des produits phytosanitaires. Une premiĂšre enveloppe de 100 000 euros a Ă©tĂ© dĂ©bloquĂ© par le BIVB.


www.terredevins.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Lun 31 Juil 2017 07:13

.
Le domaine Pierre Luneau-Papin : des pépites en or dans le Muscadet
Pierre-Marie est le vigneron du domaine Pierre Lunau-Papin dans le Muscadet SĂšvres et Maine. Scientifique, mais aussi un peu poĂšte, un brin philosophe, plein d’humour, d’humilitĂ© et clairement humaniste, c’est en gardant les deux pieds sur terre qu’il observe ses vignes, son environnement, qu’il questionne et qu’il se questionne. « En Ă©tant vigneron, nous apprenons l’humilitĂ©, l’acceptation des choses. Nous travaillons sur l’impatience que nous avons. MĂȘme si je reste liĂ© Ă  l’entretien de la terre et du patrimoine, je trouve dans le mĂ©tier de vigneron une libertĂ© d’Etre. C’est un trĂšs beau mĂ©tier pour apprendre Ă  se connaitre et ĂȘtre un homme libre ».




Pierre-Marie nous parle de son histoire, de son mĂ©tier, de son domaine, de ses terroirs, de ses vins, de son ressenti de vigneron, de sa philosophie de travail. Nous le laissons s’exprimer et mĂ©ditons sur ces idĂ©es, au plus grand plaisir des amoureux de raisins et de vins.

Pierre-Marie et Marie reprennent le domaine familial et se lancent dans l’aventure du muscadet

« C’est une histoire de famille comme il y en a tant dans le monde du vin. J’étais un fils de vigneron mais j’ai eu besoin de plusieurs annĂ©es de voyage et de dĂ©couverte avant de revenir sur le domaine. AprĂšs mon BTS de viticulture-Ɠnologie, j’ai achetĂ© un petit camion et je suis parti Ă  la rencontre des vignobles. J’ai vadrouillĂ© Ă  bordeaux, Ă  Sancerre, Ă  Rivesaltes 
 A 27 ans, je suis revenu avec mon Ă©pouse sur le domaine familiale et aprĂšs quelques annĂ©es de transmission, nous avons pris les commandes du tableau de bord. »

«C’était alors un choix plein de sens. L’ancrage Ă  la terre Ă©tait trĂšs important pour moi et je recherchais cet Ă©quilibre dans ma vie privĂ©e et professionnelle. Je pense que la noblesse de travailler sa terre permet de biens s‘ancrer ».

«Aujourd’hui, je travaille avec mon Ă©pouse et 12 salariĂ©s les 40 Ha du domaine. La trĂšs grande majoritĂ© du vignoble est en appellation Muscadet SĂšvre et Maine. Nous avons 13 parcellaires ; 13 lieux dits diffĂ©rents ; 13 petits jardins Ă  entretenir. Chacun de ces jardins donnent naissance Ă  une cuvĂ©e. »

Le Melon de Bourgogne, cĂ©page phare de l’appellation du Muscadet, roi du domaine Luneau-Papin

« La vigne du muscadet est sur l’horizontalitĂ©, directement en lien avec sa terre. Elle est ancrĂ©e sur elle-mĂȘme et nous donne une impression de droiture. Ce cĂ©page est assez fragile, notamment lors du pompage. Nous Ă©vitons de trop remuer ou bouger les vins. Ils restent en cuve, sur lies, pendant 1 an avant d’ĂȘtre soutirĂ©s et mis directement en bouteille».

« Dans mes vins, je cherche Ă  exprimer la vĂ©ritĂ© des sols et des terroirs : une salinitĂ© ocĂ©anique associĂ©e au cĂŽtĂ© tranchant des roches magmatiques. A la fois la droiture et la sapiditĂ©. Nous avons des vins avec un gout d’eau de roche qui sont vivants et dynamiques. Je veux me sentir bien aprĂšs en avoir bu, et encore mieux une heure aprĂšs. J’ai rencontrĂ© des hommes extraordinaires qui savent parler du vin de maniĂšre exceptionnelle. Mais finalement, ce qui compte, c’est ce que le vin procure : de la joie et de l’amour. »

Cette nouvelle gĂ©nĂ©ration qui participe au rĂ©veil de l’appellation du Muscadet

«Nous vivons le renouveau de la rĂ©gion viticole, les gens sont de plus en plus attirĂ©s par nos vins. Toute une nouvelle gĂ©nĂ©ration arrive sur les vignobles du muscadet, beaucoup de jeunes vignerons talentueux et dynamiques qui contribuent au regain de l’appellation. Nous travaillons beaucoup dans la prĂ©cision, nous retrouvons de vieilles sĂ©lections de melon qui ont Ă©tĂ© perdues avec le temps et nous essayons de garder ce patrimoine gĂ©nĂ©tique. Il y a beaucoup d’échanges d’informations sur le travail. Ce rĂ©sultat n’est pas de la magie, c’est le rĂ©sultat de partage, d’échanges, d’énormĂ©ment de travail, du souci du dĂ©tail. »

Pierre-Marie met sa sensibilitĂ© et l’écoute du vĂ©gĂ©tal au cƓur de la philosophie de travail du domaine

« L’élaboration du vin est trĂšs individuelle. Bien entendu, il y a le savoir-faire agricole et agronomique, des rĂšgles de base Ă  suivre. Mais je suis aussi revenu Ă  l’écoute du vĂ©gĂ©tal. Je cherche Ă  le comprendre, je me demande ce que j’attends de chaque parcelle car chacune d’elle Ă  une sensibilitĂ© diffĂ©rente. En contrepartie, elle nous demande aussi ce que l’on veut faire d’elle. C’est un respect rĂ©ciproque. »

« Bien entendue, nous avons converti le domaine en Agriculture Biologique. Je ne me voyais pas revenir Ă  la terre avec une autre dĂ©marche. Quand je parle de sensibilitĂ© avec la terre et le lieu, je ne peux pas parler de chimie. J’ai aussi commencĂ© en 2013 Ă  utiliser des prĂ©parations biodynamiques. J’essaie d’aller encore un peu plus loin, sur le rapport avec les sols, le vĂ©gĂ©tal, l’environnement. Je pense qu’il est d’important d’aider la vigne Ă  s’exprimer, par tous les moyens les plus naturels possible. La sensibilitĂ© de la bio et de la biodynamie, c’est une approche individuelle et personnelle. C’est noble. C’est un beau chemin d’évolution.»

Etre vigneron : une jolie leçon de vie ?

« Nous sommes des vignerons qui parlons constamment de terroirs. Nous nous intĂ©ressons Ă  la vie, aux savoirs, dont certains, comme la biodynamie, datent de plus d’un siĂšcle. C’est extrĂȘmement enrichissant, mais nous ne devons pas non plus nous faire leurrer pour ce savoir empirique. »

« Le mĂ©tier de vigneron nous apprend beaucoup sur : qu’est-ce que Etre, aujourd’hui au 21 siĂšcle ? C’est un mĂ©tier qui me permet de m’épanouir. La nature me forge par des millĂ©simes difficiles : j’ai rapidement appris l’humilitĂ©. J’ai appris Ă  accepter les choses. Je ne peux pas toujours dire pourquoi, mais je peux dire qui je suis. Or, c’est trĂšs compliquĂ© d’Etre au quotidien. Ceci Ă©tant, j’ai conscience que ce que je fais aujourd’hui, n’est pas forcĂ©ment la vĂ©ritĂ© de demain. »

« J’essaie de me donner les moyens et les ambitions de faire toujours mieux et du plus beau travail. Je n’arrive pas toujours Ă  aller au bout du bout. Mais faut-il vraiment ĂȘtre au top du top ? Ne devons-nous pas laisser le vĂ©gĂ©tal s’exprimer sans intervenir comme nous le faisons tout le temps ? »

Manon Mouly (pour Les Grappes)


lesgrappes.leparisien.fr


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Lun 31 Juil 2017 07:17

.
Arnaud Pelletier produit du rĂȘve au ChĂąteau de PrĂ©meaux
Le chĂąteau de PrĂ©meaux est un domaine familial de 15 Ha implantĂ© sur plusieurs appellations trĂšs prestigieuses en Bourgogne : Nuits Saint Georges, 1er cru « Clos des ArgilliĂšres », 1er cru blanc « Aux champs Perdrix »  Arnaud Pelletier n’était pas destinĂ© Ă  la reprise du domaine familial, mais il y pose finalement ses valises et c’est une grande rĂ©ussite! Avec un grand soin du dĂ©tail, beaucoup de travail, d’envie et de passion, les vins du ChĂąteau de PrĂ©meaux reflĂštent la typicitĂ© et la richesse des terroirs, la simplicitĂ©




Arnaud Pelletier revient sur le domaine familial

Arnaud Pelletier est issu d’une famille de vignerons de Bourgogne. EntourĂ© de 2 frĂšres, il n’était pas pressentit pour reprendre le domaine. « J’étais basketteur professionnel mais j’ai dĂ» m’arrĂȘter suite Ă  une blessure », raconte Arnaud. Il dĂ©couvre la Nouvelle CalĂ©donie lors de son service militaire, et il dĂ©cide d’y poser ses valises. « Je suis parti vivre dans les tribus du nord. Je vivais de chasse et de pĂȘche. Nous n’avions pas d’heure, c’était exactement ce que j’aimais », se rappelle-t-il.

« Un jour, j’ai reçu une lettre manuscrite de mon pĂšre. Il m’annonçait que mes frĂšres ne voulaient pas reprendre le domaine et me demandait de songer Ă  revenir. » Arnaud ne veut pas abandonner le domaine, dans la famille depuis 5 gĂ©nĂ©rations. Il quitte donc la Nouvelle CalĂ©donie pour le mĂ©tier de vigneron en 2003. AprĂšs une annĂ©e Ă  l’école viticole de Beaune, il reprend les rĂȘnes de la propriĂ©tĂ© familiale : « ça a Ă©tĂ© le coup de foudre ! Maintenant, nous sommes totalement insĂ©parables », s’exclame Arnaud au sujet du domaine.

L’agriculture Biologique eu ChĂąteau de PrĂ©meaux

Le ChĂąteau de PrĂ©meaux est entiĂšrement certifiĂ© en Agriculture Biologique. « C’est mon pĂšre qui a commencĂ© Ă  convertir le domaine en Bio, sur les parcelles en Hautes Cotes de Nuits », confie le vigneron, « il a eu un cancer Ă  cause de l’utilisation des produits de traitement. Ça a Ă©tĂ© un dĂ©clencheur et nous avons dĂ©cidĂ© de travailler autrement. » A ce moment, Arnaud et son pĂšre avaient une terre vierge non plantĂ©e en Hautes Cotes de Nuits. « Mon pĂšre s’est dit : j’ai une terre propre, c’est le moment de commencer le bio. » D’abord une parcelle, puis une autre ; petit Ă  petit, tout le domaine est convertit Ă  l’agriculture biologique. Le rĂ©sultat est sans appel pour Arnaud : «Nous avons d’énormes amĂ©liorations sur les maturitĂ©s des raisins et de fait, une meilleure qualitĂ© de vins. »

Des vins de Bourgogne qui représentent la diversité des terroirs

La gamme de vins est trĂšs variĂ©e au ChĂąteau de PrĂ©meaux. En effet, une parcelle de vignes donne lieu Ă  une cuvĂ©e de vin. Au total, 9 vins rouges et 4 vins blancs dĂ©montrent la richesse des terroirs viticoles du chĂąteau. « Nous avons beaucoup d’appellations », explique Arnaud, « mĂȘme sur une seule appellation, chaque parcelle est diffĂ©rente des autres. La diffĂ©rence est tellement marquĂ©e que nous prĂ©fĂ©rons sĂ©parer nos terroirs. Quelle chance !»

Le travail est prĂ©cis, fin et dĂ©licat car Arnaud rĂ©flĂ©chit tout son travail selon le profil de vignes recherchĂ© et la qualitĂ© des vignes. « Je fais mes vins comme je les aime », confie-t-il. « Je vais chercher la sensation, le toucher de bouche. La texture du vin m’intĂ©resse beaucoup, c’est pour moi la base absolue. » Arnaud a sa propre philosophie de travail : « je dis souvent : mon travail, c’est de ne rien faire. Si j’ai bien travaillĂ© en vignes et au tri des raisins, je n’ai plus qu’à contrĂŽler trĂšs rĂ©guliĂšrement mon vin ». Cela implique un travail minutieux et rigoureux car le raisin qui arrive en cave doit ĂȘtre absolument parfait. « Il est trĂšs important de vendanger Ă  maturitĂ© optimum. Le but est de ne pas avoir Ă  bouger les vins une fois encuvĂ©s », explique le vigneron. Pour Arnaud, la maturitĂ© ne se mesure pas seulement au taux de sucre. Il s’intĂ©resse aussi au dĂ©collement de la peau, au croustillant des pĂ©pins, Ă  la teneur phĂ©nolique. Le vigneron travaille dans le dĂ©tail, de la vigne aux tonneaux. « La filtration et le collage n’existe pas chez nous », ajoute Arnaud.

Arnaud Pelletier choisit le chĂȘne français pour faire ses tonneaux

En effet, tous les vins du domaine sont Ă©levĂ©s en tonneaux de 228L mĂȘme si « la durĂ©e d’élevage n’est pas fixe », nuance Arnaud, « elle peut varier de 12 Ă  26 mois. C’est grĂące Ă  la dĂ©gustation que je dĂ©cide de soutirer le vin ou non. » Depuis 2 ans, Arnaud va chercher ses chĂȘnes pour faire ses propres tonneaux et connaitre la traçabilitĂ© du dĂ©but Ă  la fin. « Nous devons ĂȘtre prĂ©cis sur la moindre petite chose possible. Je choisis mes propres chĂȘnes sur les meilleurs sols, je l’achĂšte, et 4 ou 5 ans aprĂšs le sĂ©chage, je renvoie les douelles chez le tonnelier pour faire le tonneau » explique-t-il. Et il ajoute : « Ce sont ces petites choses minuscules ajoutĂ©es qui me permettent d’obtenir ce que j’aime. »

Arnaud Pelletier : « On est producteur de plaisir »

Le ChĂąteau de PrĂ©meaux investit sur la qualitĂ©. Il impose une cuverie fonctionnelle et un espace de travail dĂ©diĂ©, mais pas seulement. Comme le souligne Arnaud : « Ce n’est pas la machinerie, quelle qu’elle soit, qui fera des bons vins. Nous rĂ©flĂ©chissons, nous sommes constamment en train de nous poser des questions. » Et si la clĂ© de la qualitĂ© Ă©tait tout simplement lĂ  ? Dans l’intelligence de travail, l’ouverture d’esprit, la curiositĂ©, mais aussi l’envie de rĂȘver. « Nous plantons des vignes et nous produisons un produit qui ne sert que pour le plaisir. Nous sommes producteurs de plaisir. Tout ce travail pour un produit qui ne sert Ă  rien, Ă  part rĂȘver, c’est gĂ©nial ! » Conclut Arnaud Pelletier.


Marie Lecrosnier–Wittkowsky pour Les Grappes


lesgrappes.leparisien.fr


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Lun 31 Juil 2017 07:21

.
Au domaine Grand Guilhem : libertĂ© et crĂ©ation produisent des vins d’une grande qualitĂ©
Gilles et SĂ©verine Contrepois sont les vignerons du domaine Grand Guilhem, situĂ© au cƓur des CorbiĂšres sur l’appellation Fitou. L’idĂ©e d’un projet oenotouristique les a conduits de la capitale au sud de la France oĂč ils ont amĂ©nagĂ© Ă  leur image le domaine Grand Guilhem. Ces vins nature qui expriment les arĂŽmes du terroir, originaux et mĂ©morables, sont Ă©laborĂ©s avec beaucoup de passion et de volontĂ©. Gilles nous parle de son domaine, de ses vins, de sa philosophie. Epris de libertĂ©, il nous fait voyager dans les vignes du Languedoc



Gilles et SĂ©verine quittent Paris pour devenir vignerons dans le Languedoc

Gilles et SĂ©verine sont arrivĂ©s sur le domaine en 1997. Parisiens, ils ont un jour pris la dĂ©cision de changer de vie et sont descendus dans Le Languedoc pour devenir vignerons. « Le projet est venu comme ça », confie Gilles, « nous voulions faire autre chose, nous avons rĂ©flĂ©chit et nous nous sommes tournĂ©s vers un projet d’oenotourisme. » Le couple part alors Ă  la recherche du domaine de leurs rĂȘves. Ils visitent plusieurs appellations et posent finalement leurs valises dans le Languedoc, en appellation Fitou, sur le domaine qu’ils renomment : le Domaine Grand Guilhem.

« Nous voulions un domaine avec une structure capable d’accueillir des vacanciers. Pour nous, c’était complĂštement Ă©vident. D’abord parce que c’est un plus financiĂšrement. Si une activitĂ© marche mieux que l’autre, elle permet de compenser. Ensuite, nous partions de Paris oĂč nous avions une vie sociale trĂšs importante. Nous ne voulions pas la perdre et nous avions envie d’accueillir des gens pour rester en contact avec le monde. Ca nous paraissait important », se rappelle Gilles.

Les vins du domaine Grand Guilhem : des pépites à découvrir

A leur arrivĂ©e, le domaine est adhĂ©rent Ă  une cave coopĂ©rative oĂč les raisins sont vinifiĂ©s. Patiemment, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, le couple de nouveaux vignerons travaille et fait Ă©voluer le projet pour crĂ©er son propre chai et vinifier les vins sur le domaine. Un travail de longue haleine qui aboutit en 2011 et porte ses fruits car le domaine Grand Guilhem propose aujourd’hui 9 cuvĂ©es diffĂ©rentes : des vins blancs, des vins rosĂ©s, des vins rouges, des vins doux naturels, des vins orange, de la vinification intĂ©grale en barrique ou de l’élevage en jarre 
 assurĂ©ment, Gilles est un grand curieux qui n’a pas peur d’essayer.

« La jarre permet une micro-oxygĂ©nation, c’est-Ă -dire une respiration des vins, complĂštement neutre contrairement Ă  ce que nous pouvons avoir en barrique. Elle fixe les tanins et les anthocyanes tout en donnant beaucoup de puretĂ© », explique Gilles. Un contenant qui prĂ©sente beaucoup d’atouts et que le vigneron sait exploiter pour Ă©laborer des vins surprenants.

« Je travaille Ă  l’intuition », explique-t-il, « je n’ai aucun processus Ă©tabli. J’ai choisi ce mĂ©tier pour me sentir complĂštement libre et travailler en artiste ».

Une libertĂ© revendiquĂ©e et assumĂ©e, au nom de laquelle Gilles n’hĂ©site pas Ă  sortir de la prestigieuse appellation de la rĂ©gion : l’AOP Fitou. DĂ©cision qui donnera le nom Ă  la cuvĂ©e « Pas pareil ». « Mes vins n’étaient pas conformes aux profils des appellations. J’en suis donc sorti pour retrouver la libertĂ© de faire les vins que j’aime, qui me plaisent et qui sont le respect total du terroir », explique Gilles.

De l’agriculture Biologique et des vins nature : l’expression du terroir

A la libertĂ© de crĂ©ation s’ajoute une volontĂ© et des convictions qui poussent Gilles Ă  convertir le domaine Ă  l’agriculture biologique dĂšs son arrivĂ©e. « Je ne pensais pas travailler autrement. DĂšs le dĂ©but je savais que je ne voulais mettre aucun dĂ©sherbant ou engrais chimique », raconte le vigneron, qui se rappelle, amusĂ© : « c’était en 1997, je suis passĂ© pour un original Ă  l’époque. Mais c’était Ă©vident, je me considĂšre comme un simple locataire des terres sur lesquelles je travaille. »

En 2011, Gilles adhĂšre Ă  la charte des vins nature. « C’est-Ă -dire que dans mon vin, il n’y a que du raisin », souligne malicieusement le vigneron. C’est un fait : des levures indigĂšnes, un minimum de sulfites, pas de produits chimiques. « Je pense qu’il n’y a pas besoin d’artifice pour faire un vin qui soit reprĂ©sentatif du terroir. L’objectif de la vinification, c’est d’accompagner le raisin sans ĂȘtre interventionniste pour plaire Ă  tout le monde. Mes vins plaisent Ă  certaines personnes, et dĂ©plaisent Ă  d’autres ; mais ils ne laissent personne indiffĂ©rent », conclut Gilles.


Marie Lecrosnier–Wittkowsky pour Les Grappes



lesgrappes.leparisien.fr


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Mar 1 AoĂ»t 2017 14:22

.
Suite à nos échanges de ce matin et à mes recherches qui ont suivies, j'avais raté cet entretient avec Stéphane Derenoncourt

Primeurs de Bordeaux 2016 : l’analyse de StĂ©phane Derenoncourt
Vidéo - Le consultant Bordelais donne ses premiÚres impressions sur le millésime 2016.




StĂ©phane Derenoncourt est un autodidacte : de tourneur-fraiseur Ă  Dunkerque, il dĂ©couvre l’univers du vin en 1982 alors qu’il vendange Ă  Fronsac. Il restera dans les vignes, d’abord Ă  la taille, avant d’accĂ©der Ă  sa premiĂšre vinification en 1985. Une rĂ©vĂ©lation ! Ses vins se font remarquer.

Fort de sa vision globale du mĂ©tier, lui-mĂȘme Ă©tant passĂ© par tous les postes, son succĂšs lui vaut aujourd’hui d’ĂȘtre Ă  la tĂȘte d’un cabinet de conseil trĂšs dynamique, composĂ© de 11 membres sur le terrain, qui suivent 120 domaines dans 16 pays.



Gabrielle Vizzavona : Bonjour Stéphane Derenoncourt. Pouvez-vous nous décrire la typicité du millésime 2016 ?
StĂ©phane Derenoncourt : 2016 est une forme de miracle. C’est le film triste qui finit bien. Un dĂ©but de millĂ©sime impossible, extrĂȘmement pluvieux. En matiĂšre de gestion des vignes, c’est une catastrophe, et il y a une forte pression des maladies. Une petite trĂȘve se fait dĂ©but juin et permet une belle floraison, trĂšs compacte. Puis dĂšs la fin juin il fait beau jusqu’aux vendanges. Ca mĂ»rit tranquillement, en gardant de bonnes aciditĂ©s car il y a un fort contraste entre les journĂ©es chaudes et les nuits fraiches. AprĂšs une longue sĂ©cheresse, il tombe un peu d’eau. Ca dĂ©bloque les arrĂȘts vĂ©gĂ©tatifs dus Ă  un stress hydrique excessif.
C’est un millĂ©sime assez magique pour un vigneron. Il a le choix de faire ce qu’il veut grace Ă  la grande fenĂȘtre des vendanges : ramasser tĂŽt pour faire des vins frais ou tard pour faire des vins mĂ»rs. 2016 est intĂ©ressant pour juger les chĂąteaux stylistiquement. Cela est trĂšs rare. GĂ©nĂ©ralement, on subit les millĂ©simes, on vendange car il faut y aller. Les vins de 2016 ont une belle maturitĂ©, de l’aciditĂ©, et de l’alcool (mais pas trop). Si on fait la somme des tempĂ©ratures de cette annĂ©e viticole, c’est le millĂ©sime le plus froid des vingt derniĂšres annĂ©es. Nous avons un millĂ©sime ultra-mĂ»r mais aussi ultra-frais.

G.V. : 2015 a été jugé comme un excellent millésime. Placeriez-vous 2016 au-dessus ?
S.D. : ComparĂ© Ă  2015 qui a Ă©tĂ© jugĂ© comme un trĂšs grand millĂ©sime, il y a en 2016 une meilleure homogĂ©nĂ©itĂ©. Moins de contraste entre la rive droite et la rive gauche. L’annĂ©e derniĂšre, c’était une Ă©vidence que la Rive Droite, les Graves et le sud du MĂ©doc Ă©taient supĂ©rieurs aux crus du nord du MĂ©doc. Mais c’est aussi une question de goĂ»t.

G.V. : Quelles appellations faut-il favoriser en 2016 ?
S.D. : Je mettrais un petit point d’écart au bĂ©nĂ©fice de la rive gauche pour une raison simple : il y a un certain classicisme dans les vins de la rive gauche cette annĂ©e. Sur la rive droite, aux sols plus argileux, les niveaux d’alcool sont plus hauts, les vins sont un peu plus impressionnants. Sur la rive gauche, c’est la grĂące, des vins incroyables, les grands cabernets de Saint-Julien - comme le ChĂąteau Talbot, qui sent le pĂ©tale de rose, c’est magnifique - , le cƓur des belles Graves du MĂ©doc Ă  Pauillac, mais aussi Pessac-LĂ©ognan, une trĂšs belle appellation.


avis-vin.lefigaro.fr

Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Sam 5 AoĂ»t 2017 18:52

.
Crus du Beaujolais
Le ras-de-bol aprĂšs un Ă©niĂšme orage de grĂȘle
Rebelote dans le vignoble rhodanien, avec un orage qui a traversĂ© le dĂ©partement et touchĂ© des vignobles qui n’ont pas Ă©tĂ© Ă©pargnĂ©s par le passĂ©.




« C’est un orage de plus
 Le quatriĂšme en quinze mois aux mĂȘmes endroits. Ça s’accumule » soupire Dominique Piron, le prĂ©sident de l’interprofession des vins du Beaujolais (Interbeaujolais). La lassitude est forte dans le vignoble, alors que la loi des sĂ©ries remet le couvert : un nouvel orage a abattu ses grĂȘlons ce 30 juillet sur les communes de VilliĂ©-Morgon, Fleury, Morgon, Lancié  Alors que les blessures du 10 juillet Ă©taient encore fraĂźches dans les crus du Beaujolais. A priori plus large que la prĂ©cĂ©dente grĂȘle, l’orage de dimanche dernier semble avoir Ă©tĂ© moins intense et spectaculaire. Les vignes touchĂ©es Ă©tant encore vertes, alors qu’elles paraissaient tondues il y a trois semaines.

Face aux baies Ă©ventrĂ©es et aux feuilles Ă  terre, « on devient philosophe. Mais c’est dĂ©courageant de se dire que toute une annĂ©e on travaille pour finalement pas grand-chose » constate Isabelle Perreau. Se trouvant sur la commune de Vauxrenard, son domaine, CĂŽte de la MoliĂšre (8 hectares), semble avoir Ă©tĂ© pris dans l’épicentre de l’orage et pourrait encaisser des pertes allant de 80 Ă  100 %.

"Pas de préconisations"

« À ce stade, il n’y a pas de prĂ©conisations particuliĂšres pour les vignes touchĂ©es*. Il faut attendre que cela sĂšche et espĂ©rer que les baies cicatrisent et finissent pas tomber » appelle de ses vƓux Nina Chignac de la Chambre d’Agriculture du RhĂŽne, dont les services rĂ©alisent une enquĂȘte pour estimer l’impact de cet orage. « Il faut que les grappes sĂšchent avant que les experts puissent nous dire si l’on va avoir -20 ou -30 % de dĂ©gĂąts » ajoute Dominique Piron. Le vigneron ne cache pas son inquiĂ©tude alors que de nouveaux orages sont attendus ce soir. Et que la sĂ©cheresse commence Ă  peser sur le dĂ©veloppement des raisins : « il n’y a pas de jus, si l’on enlĂšve la peau et les pĂ©pins il ne reste pas grand-chose » lĂąche-t-il dans un soupir.

* : « À part protĂ©ger les feuilles contre le mildiou, si besoin » prĂ©cise la technicienne.



Protection grĂȘle

InstallĂ© ce millĂ©sime, le nouveau rĂ©seau de gĂ©nĂ©rateur Ă  iodure d’argent affiche un bilan pour le moins mitigĂ© alors que les dĂ©gĂąts s’accumulent. DĂ©fenseur de l’Association DĂ©partementale d'Étude et de Lutte contre les FlĂ©aux AtmosphĂ©riques, Dominique Piron glisse que « c’est difficile Ă  dire Ă  ceux qui ont Ă©tĂ© touchĂ©s, mais je persiste Ă  croire que c’est utile. Quand la grĂȘle tombe, elle est plus petite. On ne peut pas promettre une protection Ă  100 %
 » Depuis l’orage de grĂȘle du 10 juillet, des vignerons envisageraient dĂ©sormais d’installer des filets paragrĂȘle rapporte-t-on Ă  la Chambre d’Agriculture.



www.vitisphere.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Sam 5 AoĂ»t 2017 18:57

.
Les bouteilles de vin les plus chĂšres au monde
Alors que ce top 50 se stabilise avec 37 cuvées françaises (dont 33 bourguignonnes) et 11 étiquettes allemandes, le prix moyen de ces flacons d'exception affiche un hausse conséquente.




On prend les mĂȘmes et on recommence. Cet Ă©tĂ©, la liste des cinquante vins les plus chers rĂ©alisĂ©e par le site nĂ©o-zĂ©landais WineSearcher ressemble fortement Ă  celle de l’an passĂ© (voir ci-dessous pour la liste 2017 complĂšte). La RomanĂ©e-Conti du domaine Ă©ponyme arrive de nouveau largement en tĂȘte, avec un prix de vente moyen de 13 000 euros/col (une paille, comparĂ© au prix maximum enregistrĂ© de 73 000 euros). L’étiquette mythique est suivie de loin par le Riesling Trockenbeerenauslese d’Egon MĂŒller (9 000 €/col). En forme de chaise musicale, le Musigny du domaine Leroy prenant la troisiĂšme place au Montrachet du domaine Leflaive (respectivement 6 400 et 5 700 €/col).

Si le podium n’évolue qu’à la marge, les scores sont en nette hausse. Sur un an, le prix moyen constatĂ© par WineSearcher* augmente ainsi de 9 % pour la RomanĂ©e Conti, de 27 % pour Egon MĂŒller, de 11 % pour le domaine Leroy, de 6 % pour le domaine Leflaive


Monopole bourguignon

Se stabilisant, ce top 50 fait la part belle aux cuvĂ©es françaises, avec 37 Ă©tiquettes provenant des vignobles de l’Hexagone. Avec 33 rĂ©fĂ©rences, la Bourgogne truste le classement, avec une nette domination de la CĂŽte de Nuits (25 flacons). Le grand vainqueur de ce classement est indĂ©niablement le Domaine de la RomanĂ©e Conti, qui place ses huit crus. Cette performance ne serait sans doute pas du goĂ»t d’Aubert de Villaine, le copropriĂ©taire de la DRC, qui confiait rĂ©cemment que cette spĂ©culation autour de ses bouteilles le « fait beaucoup souffrir. Ça enlĂšve une partie du charme du mĂ©tier. »

Pour les autres vignobles français, on retrouve deux Pomerol et deux champagnes. Avec onze cuvĂ©es (dont cinq de Moselle), l’Allemagne conforte sa rĂ©putation de grand vignoble. Sont Ă©galement prĂ©sents dans ce classement un vin californien et un porto.



* : Voir l’encadrĂ© pour la mĂ©thodologie du classement.



Classement des 50 vins les plus chers au monde au premier aoĂ»t 2017, d’aprĂšs les donnĂ©es du site Wine Searcher (en prix moyen par bouteille de 75 cl) :

1. Domaine de la Romanée-Conti : Romanée-Conti Grand Cru (CÎte de Nuits), avec un prix de vente moyen de 13 000 euros/bouteille.

2. Egon Muller Scharzhofberger : Riesling Trockenbeerenauslese (Moselle, Allemagne), 9 000 €/col.

3. Domaine Leroy : Musigny Grand Cru (Cîte de Nuits), 6 400 €/col.

4. Domaine Leflaive : Montrachet Grand Cru (Cîte de Beaune), 5 700 €/col.

5. Domaine Georges & Christophe Roumier : Musigny Grand Cru (Cîte de Nuits), 5 400 €/col.

6. Domaine de la RomanĂ©e-Conti : Montrachet Grand Cru (CĂŽte de Beaune), 4 600 €/col.

7. Joh. Jos. Prum Wehlener Sonnenuhr : Riesling Trockenbeerenauslese (Moselle, Allemagne), 4 200 €/col.

8. Fritz Haag Brauneberger Juffer Sonnenuhr : Riesling Trockenbeerenauslese Goldkapsel, (Moselle, Allemagne), 3 500 €/col.

9. Domaine Leroy : Chambertin Grand Cru (Cîte de Nuits), 3 500 €/col.

10. Kloster Eberbach Erbacher Steinberger : Riesling Trockenbeerenauslese (Rheingau, Allemagne), 3 100 €/col.

11. Domaine Leroy : Richebourg Grand Cru (Cîte de Nuits), 3 000 €/col.

12. Domaine de la RomanĂ©e-Conti : La Tache Grand Cru Monopole (CĂŽte de Nuits), 5 800 €/col.

13. Graf von Schönborn-Schloss : Schonborn Erbacher Marcobrunn Riesling Trockenbeerenauslese (Rheingau, Allemagne), 2 800 €/col.

14. Domaine du Comte Liger-Belair : La RomanĂ©e Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 2 800 €/col.

15. Egon Muller Scharzhofberger : Riesling Beerenauslese (Moselle, Allemagne), 2 800 €/col.

16. Coche-Dury : Corton-Charlemagne Grand Cru (Cîte de Beaune), 2 800 €/col.

17. Screaming Eagle : Cabernet Sauvignon (Napa Valley, États-Unis), 2, 600 €/col.

18. Domaine Faiveley : Musigny Grand Cru (Cîte de Nuits), 2 500 €/col.

19. Taylor Fladgate : Scion Vintage Port (Portugal), 2 500 €/col.

20. Domaine Leroy : RomanĂ©e-Saint-Vivant Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 2 400 €/col.

21. Petrus : Pomerol, 2 400 €/col.

22. Le Pin : Pomerol, 2 300 €/col.

23. Domaine Leroy : Clos de la Roche Grand Cru (Cîte de Nuits), 2 300 €/col.

24. Kloster Eberbach : RĂŒdesheimer Berg Rottland Riesling Trockenbeerenauslese (Rheingau, Allemagne), 2 200 €/col.

25. Egon Muller Scharzhofberger : Riesling Eiswein (Moselle, Allemagne), 2 100 €/col.

26. Krug : Clos d’Ambonnay (Champagne), 2 000 €/col.

27. Domaine Leroy : Latriciùres-Chambertin Grand Cru (Cîte de Nuits), 1 900 €/col.

28. Domaine de la RomanĂ©e-Conti : Richebourg Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 1 800 €/col.

29. Domaine Dujac : Chambertin Grand Cru (Cîtes de Nuits), 1 800 €/col.

30. Domaine Dugat-Py : Chambertin Grand Cru (Cîte de Nuits), 1 800 €/col.

31. Domaine Leroy : Corton-Charlemagne Grand Cru (Cîte de Beaune), 1 700 €/col.

32. Dr. von Bassermann-Jordan : Forster Jesuitengarten Riesling Trockenbeerenauslese (Pfalz, Allemagne), 1 700 €/col.

33. Coche-Dury : Les Perriùres, Meursault Premier Cru (Cîte de Beaune), 1 700 €/col.

34. Domaine Leroy : Corton-Renardes Grand Cru (Cîte de Beaune), 1 600 €/col.

35. Domaine Georges & Christophe Roumier : Les Amoureuses, Chambolle-Musigny Premier Cru (Cîte de Nuits), 1 600 €/col.

36. Sylvain Cathiard : RomanĂ©e-Saint-Vivant Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 1 600 €/col.

37. Weingut Keller : G-Max Riesling Trocken (Rheinhessen, Allemagne), 1 500 €/col.

38. Domaine Leroy : Clos de Vougeot Grand Cru (Cîte de Nuits), 1 500 €/col.

39. Domaine Ramonet : Montrachet Grand Cru (Cîte de Beaune), 1 500 €/col.

40. Domaine de la RomanĂ©e-Conti : RomanĂ©e-Saint-Vivant Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 1 500 €/col.

41. Domaine de la RomanĂ©e-Conti : Grands ÉchĂ©zeaux Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 1 400 €/col.

42. Dom PĂ©rignon : P3 Plenitude Brut (Champagne), 1 400 €/col.

43. Domaine des Comtes Lafon : Montrachet Grand Cru (Cîte de Beaune), 1 300 €/col.

44. Emmanuel Rouget : Cros Parantoux, Vosne-RomanĂ©e Premier Cru (CĂŽte de Nuits), 1 300 €/col.

45. Domaine de la RomanĂ©e-Conti : ÉchĂ©zeaux Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 1 300 €/col.

46. Domaine Armand Rousseau Pùre et Fils : Chambertin Grand Cru (Cîte de Nuits), 1 300 €/col.

47. Maison Dujac Fils & PĂšre : RomanĂ©e Saint Vivant Grand Cru (CĂŽte de Nuits), 1 300 €/col.

48. Kloster Eberbach : Rauenthaler Baiken Riesling Trockenbeerenauslese (Rheingau, Allemagne), 1 200 €/col.

49. Domaine Armand Rousseau Pùre et Fils : Chambertin Clos-de-Bùze Grand Cru (Cîte de Nuits), 1 200 €/col.

50. Domaine MĂ©o-Camuzet : Au Cros Parantoux, Vosne-RomanĂ©e Premier Cru (CĂŽte de Nuits), 1 200 €/col.


MĂ©thodologie

Ce top 50 est une photographie du marchĂ© international Ă  la vente. Les prix moyens affichĂ©s sont calculĂ©s Ă  partir des listes de cavistes, distributeurs et grossistes rĂ©pertoriĂ©es par WineSearcher (prix tout millĂ©sime confondu et ramenĂ© Ă  75 cl). Pour assurer la reprĂ©sentativitĂ© des lots retenus, la plateforme nĂ©ozĂ©landaise ne garde que les cuvĂ©es rĂ©fĂ©rencĂ©es au moins cinq fois Ă  la vente sur quatre millĂ©simes. Dont deux sur la derniĂšre dĂ©cennie. MĂ©caniquement, les cuvĂ©es du dĂ©funt Henri Jayer sont mises hors-jeu, alors qu’elles trustaient encore rĂ©cemment ce classement.

Actuellement, WineSearcher recense plus de 87 000 metteurs en marchés, pour 9,4 millions de références de biÚres, vins et spiritueux.



www.vitisphere.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Sam 5 AoĂ»t 2017 19:07

.
Alain Dutournier : "Henri Jayer m'a enseigné les grands bourgognes

À 66 ans, Alain Dutournier a consacrĂ© son existence Ă  la cuisine, l'art de la table et la culture du vin, toujours partagĂ©s entre amis.

Alain Dutournier, emblĂ©matique ambassadeur de la gastronomie française, fin dĂ©gustateur et conteur passionnant, ce Landais du pays d’Orthe partage ici ses plus belles rencontres et anecdotes.






La Revue du vin de France : Pour dĂ©buter cet entretien, vous servez un champagne original, la CuvĂ©e des 6 CĂ©pages de la maison Moutard, dans l’Aube. Pourquoi un tel choix ?
Alain Dutournier
: c’est une histoire peu commune, j’ai dĂ©couvert les champagnes Moutard grĂące Ă  un ami vĂ©nĂ©zuĂ©lien qui vient chaque annĂ©e Ă  Paris. Il nous invite toujours Ă  dĂźner avec François Moutard, vigneron aubois. Issue des six cĂ©pages de la Champagne, arbane, petit meslier, chardonnay, pinots blanc, noir et meunier, cette cuvĂ©e m’a toujours paru originale et singuliĂšre.

La RVF : Vos restaurants parisiens, Au Trou Gascon et le célÚbre Carré des Feuillants, sont deux hauts lieux du vin. Vos trois caves regroupent prÚs de 4 000 références. Quels vignerons vous ont le plus marqué ?
Alain Dutournier
: Sans hĂ©sitation, Henri Jayer. C’est grĂące Ă  Martine Saunier, cĂ©lĂšbre importatrice française de vins installĂ©e aux États-Unis, que je l’ai rencontrĂ©. Cet homme m’a ouvert les yeux et m’a enseignĂ© les vins de Bourgogne qu’il jugeait sĂ©vĂšrement. Il disait qu’un grand vin de Bourgogne doit sentir les fleurs, les fruits et les Ă©pices. Quand il sent la tripaille, c’est qu’il a Ă©tĂ© mal Ă©laborĂ©. À l’époque, j’étais souvent déçu par la qualitĂ© des vins de Nuits et de Beaune. Beaucoup Ă©taient alcoolisĂ©s, n’avaient pas de robe et sentaient fort.

La RVF : Entamons un mini tour de France. Vous adorez aussi les vins du Jura, non ?
Alain Dutournier
: ChĂąteau-Chalon est un lieu trĂšs Ă©mouvant, chargĂ© d’histoire. Tout jeune dĂ©jĂ , j’aimais le vin jaune car dans mon Sud-Ouest natal, sous influence espagnole, nous sommes habituĂ©s aux goĂ»ts des vins oxydatifs. Quand vous rendez visite Ă  un vigneron tel que Jean Macle, vous dĂ©gustez ses vins tout en buvant ses paroles. Il explique avec prĂ©cision et poĂ©sie la complexitĂ© de la vinification et de l’élevage des grands vins jaunes. À l’époque des Ă©tablissements Nicolas, on pouvait acheter de trĂšs vieux chĂąteau-chalon pour trois francs six sous. J’avais la chance d’avoir une petite collection de vieux vins jaunes de Jean Macle que j’ai partagĂ©e avec Guy Savoy et Michel Rostang quand nous cuisinions le poulet aux morilles blondes du DauphinĂ©.

La RVF : Et l’Alsace ? AdhĂ©rez-vous Ă  l’école de la complantation dĂ©fendue par Jean-Michel Deiss ?
Alain Dutournier
: Que j’aime le cĂŽtĂ© insatisfait de mon ami Deiss ! C’est une grande erreur actuelle de produire des crus de Saint-Émilion ou de Pomerol issus Ă  100 % de merlot, des vins de la CĂŽte de Nuits 100 % pinot noir, ou des grands blancs de Bourgogne 100 % chardonnay. Le vin, c’est comme la cuisine, il faut des petits assaisonnements. Les chĂąteauneuf-du-pape qui ont cultivĂ© la diversitĂ© des cĂ©pages dans leurs assemblages affichent une grande identitĂ© de style. Jean-Michel Deiss a osĂ© les assemblages en Alsace avec notamment sa cuvĂ©e Burg. Ce vin est convivial, dĂ©monstratif et pertinent. Cet homme n’est pas systĂ©matique et cloisonnĂ©, il conserve un lien fort avec l’histoire de son vignoble.

La RVF : Vous parlez assez peu des Bordelais. Pourquoi ?
Alain Dutournier
: J’ai longtemps boudĂ© Bordeaux. Couleur, texture, tout se ressemblait un peu sur la Rive gauche Ă  un certain moment et je n’aime guĂšre l’uniformisation. Pourtant j’y compte beaucoup d’amis. Le premier d’entre eux est Jean-Michel Cazes. Je l’ai connu quand il a pris la direction de Lynch-Bages, dans les annĂ©es 70. Il m’a ouvert son carnet d’adresses, quel sĂ©same ! À l’époque, il Ă©tait pratiquement impossible d’ĂȘtre reçu dans les chĂąteaux du MĂ©doc. GrĂące Ă  lui, j’ai pu visiter Cos d’Estournel et bien d’autres crus classĂ©s. Jean-Michel Cazes a modernisĂ© l’image de Bordeaux.

La RVF : La période avait été marquée par le scandale des vins de Bordeaux, non ?
Alain Dutournier
: Oui, en 1973, il y a eu l’affaire Cruse. Les restaurateurs exigeaient de la maison de nĂ©goce Cruse qu’elle reprenne les vins en menaçant ses commerciaux de leur faire un procĂšs. C’était la guerre ! J’ai fait l’inverse en achetant une partie des stocks de grands crus alors en vente sur le marchĂ©. Nos clients se rĂ©galaient en buvant des beaux vins dans des bons millĂ©simes pour un prix dĂ©risoire. Pour me remercier, madame Cruse m’avait invitĂ© Ă  dĂ©jeuner Ă  Pontet-Canet. Nous avons dĂ©gustĂ© des vieux millĂ©simes avec un filet de bƓuf en brioche prĂ©parĂ© par une cuisiniĂšre landaise. Un trĂšs beau souvenir !

La RVF : Vous ĂȘtes trĂšs liĂ© au propriĂ©taire du chĂąteau Tour Haut-Caussan, Philippe Courrian.
Alain Dutournier
: Philippe Courrian, c’est la mĂ©moire du MĂ©doc. Il n’a pas eu la chance de vinifier un grand terroir, sa propriĂ©tĂ© familiale Ă©tant tout au nord du MĂ©doc. Mais il a fait de Tour Haut-Caussan un vin sublime. Imaginez ce que cet homme talentueux aurait fait d’un terroir plus noble. Courrian, c’est la passion, avec une extraordinaire connaissance de la viticulture du MĂ©doc. Il est allĂ© ensemencer ses connaissances Ă  Cascadais, dans les CorbiĂšres. Avec sagesse, il rĂ©veille ce vignoble.

La RVF : Que pensez-vous des vins blancs bordelais ?
Alain Dutournier
: Les blancs bordelais doivent beaucoup Ă  Denis Dubourdieu, un homme de ma gĂ©nĂ©ration. Il a conduit la rĂ©volution des vins blancs secs, avec les excĂšs que portent les rĂ©volutions. Ses vinifications sur le sauvignon ont Ă©gayĂ© les vins par leur profil trĂšs aromatique. Mais ceux qui ont poussĂ© le sauvignon n’avaient pas forcĂ©ment prĂ©vu le rĂ©chauffement climatique. Et puis certains Ă©levages en barriques ont Ă©tĂ© excessifs. Mon modĂšle de blanc sec Ă  Bordeaux est plutĂŽt La Mission Haut-Brion. Certes, il fallait moderniser Bordeaux, et l’idĂ©e du sauvignon Ă©tait une voie possible pour les blancs de consommation rapide, mais je suis moins convaincu pour les grands crus.

La RVF : Y a-t-il des cĂ©pages que vous n’aimez pas ?
Alain Dutournier
: Un cĂ©page m’agace, c’est le viognier. Sauf les vieux millĂ©simes de chĂąteau Grillet. Je ne suis pas fascinĂ© non plus par les rosĂ©s.

La RVF : Vous avez beaucoup partagĂ© avec Jean-Claude Berrouet, l’homme aux 40 millĂ©simes de PĂ©trus.
Alain Dutournier
: Dans ma vieille maison des Landes, il y a fort longtemps, nous avons eu une grande rĂ©flexion sur l’accord parfait avec
 des ortolans. Nous avons fini par juger que la chair de l’ortolan convenait mieux Ă  un Sigalas Rabaud 1959 qu’à La Mission Haut-Brion 1953. Plus tard, j’ai vĂ©cu avec Jean-Claude Berrouet la plus impressionnante des verticales de PĂ©trus : de 1903 Ă  1992.

La RVF : Vous incarnez le Sud-Ouest, que pensez-vous d’Alain Brumont, propriĂ©taire de Montus et BouscassĂ© ?
Alain Dutournier
: Le journaliste belge Serge Tonneau a Ă©crit un jour que Montus Ă©tait le PĂ©trus de Madiran. Il n’en fallait pas plus pour rendre Brumont mĂ©galo ! Son travail me fait penser Ă  celui de Philippe de Rothschild qui a rĂ©volutionnĂ© les vins de Bordeaux entre les deux guerres. Alain est inventif et plein d’énergie, pour lui rien n’est jamais fini.

La RVF : Pour vous, l’amour du vin, c’est aussi des histoires d’amitiĂ©s. Racontez-nous quelques anecdotes.
Alain Dutournier
: Je pourrais vous parler de Jacques Thorel, le chef de L’Auberge Bretonne, Ă  La Roche-Bernard. Nous avons vĂ©cu ensemble des moments insolites. Je me souviens qu’il ramenait des belons Ă©normes de 20 ans d’ñge, ultra-moelleuses. Un bon prĂ©texte pour servir un champagne Salon 1971 ou un grand millĂ©sime alsacien du Clos Sainte-Hune de Trimbach. Nous avons des souvenirs de magnifiques repas sur le thĂšme d’Ausone ou des vins de la RomanĂ©e-Conti.

La RVF : Vous partagez aussi cet amour du vin avec Freddy et Robert Vifian, du restaurant Tan Dinh, Ă  Paris.
Alain Dutournier
: Nous nous sommes connus au dĂ©but des annĂ©es 70. Michel Favereau, l’acheteur du caviste Nicolas, m’a dit un jour : "Il faut que tu ailles dĂźner dans un petit bistrot vietnamien Ă  cĂŽtĂ© des ArĂšnes de LutĂšce, dans le Ve. La mĂšre fait une cuisine superbe et ses deux fils ont composĂ© une carte des vins d’enfer". J’y suis donc allĂ© dĂźner avec ma femme. Sur la carte des vins, j’ai repĂ©rĂ© un Cheval Blanc 1962. Robert Vifian a longuement hĂ©sitĂ©... Puis il m’a reconnu et nous avons bu ensemble cette merveilleuse bouteille qui a scellĂ© notre amitiĂ©.

La RVF : Un autre de vos compagnons de dégustation est Philippe Bourguignon, du restaurant Laurent à Paris.
Alain Dutournier
: Philippe a toujours fait partie de ma bande d’amis. En 1976, j’ai participĂ© au concours du Meilleur sommelier-restaurateur avec lui et Guy RenvoisĂ©. Eux concouraient dans la catĂ©gorie sommelier. Durant un an, nous nous sommes contraints Ă  un entraĂźnement intensif. Nous dĂ©gustions sans cesse et nous connaissions tout par cƓur. Nous avons beaucoup appris auprĂšs d’AndrĂ© Vedel, un inspecteur de l’Inao qui donnait des cours de dĂ©gustation pour le magazine Cuisine et vins de France, Ă  l’époque dirigĂ© part Odette Kahn.

La RVF : Vous avez bien connu la famille Nicolas, cĂ©lĂšbre pour avoir crĂ©Ă© les caves du mĂȘme nom, n’est-ce pas ?
Alain Dutournier
: En 1973, quand j’ai inaugurĂ© Au Trou Gascon dans le XIIe, les exceptionnelles caves de la maison Nicolas se trouvaient Ă  Charenton, Ă  deux pas du restaurant. Thierry et Jean-Louis Nicolas sont devenus, avec leur pĂšre, dit le “Petit Pierre”, de fidĂšles clients. Ils amenaient Ă  chaque fois des bouteilles extraordinaires : Margaux 1900, des jerez de l’annĂ©e de naissance de NapolĂ©on (1769) ou de l’amiral Nelson. Avec les Nicolas, j’ai eu accĂšs aux grands vins ! GrĂące Ă  eux, j’ai pu acheter Ă©normĂ©ment de vieux millĂ©simes.

La RVF : Parlez-nous de Jean-Claude Vrinat, l’homme de Taillevent, une autre grande figure de la restauration.
Alain Dutournier
: Ce n’était pas un homme facile, mais il Ă©tait d’une grande gĂ©nĂ©rositĂ© ! Un jour, je dĂ©jeune chez Taillevent avec des amis. Au moment de commander les vins, Jean-Claude Vrinat est venu Ă  ma table et m’a dit : "Je sais que vous aimez le vin, j’ai une surprise pour vous". Il nous a servi un hermitage La Chapelle 1928 de Paul Jaboulet AĂźnĂ©. Ensemble, nous parlions plus souvent de vins que de cuisine.

La RVF : Vous aviez aussi crĂ©Ă© un “Club des doux” avec Claude Nougaro et Mort Shuman ?
Alain Dutournier
: Oui, c’est une belle histoire. Avec les Nicolas, nous comptions parmi nos amis Claude Nougaro et Mort Shuman. Nous Ă©tions tous des fous de sauternes. DĂšs qu’on trouvait un restaurant avec de vieux sauternes Ă  la carte, on y allait pour les boire. Au Train Bleu, gare de Lyon, on buvait des 1928 ou des 1934 pour Ă  peine 150 francs.

La RVF : Vous connaissez bien GĂ©rard Depardieu ? Lui aussi un grand amateur de vins

Alain Dutournier
: Il y a quelques annĂ©es, nous participions ensemble Ă  une dĂ©gustation organisĂ©e par Michel-Édouard Leclerc. GĂ©rard Depardieu Ă©tait concentrĂ©, dĂ©gustant avec beaucoup d’attention. On termine en dĂ©but de soirĂ©e et je propose d’offrir un verre de champagne qu’il refuse en me disant : "Pour moi, le champagne, ce n’est pas du vin". Je lui ai servi un vieux millĂ©sime de pinot meunier, rĂ©cemment dĂ©gorgĂ©, signĂ© JosĂ© Michel. Pour la premiĂšre fois, il a Ă©tĂ© convaincu par la vinositĂ© d’un champagne. On en a bu deux bouteilles.

La RVF : Vous ĂȘtes amateur de musique. Parmi vos amis, il y a le pianiste brĂ©silien Sergio Mendes.
Alain Dutournier
: C’est le plus grand des Latinos ! Un Carioca pris dans le mouvement international du show-biz des annĂ©es 60 et 70 avec tous ses excĂšs
 Jusqu’au jour oĂč il dĂ©couvre les plaisirs du vin. Il rencontre Jean-Michel Cazes qui l’initie aux grands bordeaux. Nous sommes de vieux amis et dĂšs qu’il atterrit Ă  Paris, nous avons un rituel. On file au DĂŽme Ă  Montparnasse pour boire une bouteille d’hermitage blanc de Jean-Louis Chave. Et avant son dĂ©part, on dĂźne immuablement Ă  l’Ami Louis, dans le IIIe ! Chez lui, Ă  Los Angeles, je l’ai initiĂ© aux grands bourgognes en l’écoutant jouer les plus grands airs du BrĂ©sil.

La RVF : Vous avez Ă©tĂ© victime d’un sĂ©rieux cambriolage de votre cave. Que s’est-il passĂ© ?
Alain Dutournier
: L’auteur a Ă©tĂ© identifiĂ© et interpellĂ©. Il s’agit d’un play-boy, on l’appelle "le bel Abdel", un as du fric-frac des banques qui ne s’était jamais fait pincer jusque-lĂ . Un jour il a dĂ©cidĂ© de se spĂ©cialiser dans le vol de vins. Sa mĂ©thode ? Il allait au restaurant avec une jolie femme et il commandait une bouteille de PĂ©trus, puis il demandait Ă  visiter la cave de Ă©tablissement. Ce qu'il a certainement fait chez nous ! AprĂšs ce repĂ©rage, il a cambriolĂ© notre cave lors d'un week-end du 14 juillet. Aujourd'hui, il dort Ă  la prison de la SantĂ©.

La RVF : AprÚs bien d'autres chefs français, vous ouvrez un restaurant en Asie. Mais pas à Shanghai ni à Hong Kong.
Alain Dutournier
: J'ai passé ma vie à refuser des propositions mirobolantes pour aller cuisiner à Los Angeles, Shanghai ou Dubaï. Mais le Vietnam et surtout Hanoï, c'est différent. Dans les années 70, j'étais déjà fasciné par l'histoire de ce pays. J'ai ouvert en novembre La table du chef dans la Press Club de Hanoï, face au glorieux hÎtel Métropole.

La RVF : Marie-Antoinette a-t-elle, comme on le dit, passé sa derniÚre nuit au Carré des Feuillants ?
Alain Dutournier
: Ce n'Ă©tait pas encore Le CarrĂ© des Feuillants ! Mais effectivement, elle aurait passĂ© sa derniĂšre nuit, en priĂšre, dans les caves de ce qui Ă©tait Ă  l'Ă©poque le couvent des Feuillants, avant d'ĂȘtre dĂ©capitĂ©e.

FICHE D'IDENTITÉ

Nom : Dutournier.
Prénom : Alain.
NĂ© le : 11 mars 1949, dans l’auberge familiale de Cagnotte, dans les Landes.
Profession : cuisinier à la renommée internationale.
En 1973, il ouvre son premier restaurant Au Trou Gascon (1 200 vins Ă  la carte) dans le XIIe arrondissement Ă  Paris oĂč il obtient rapidement deux Ă©toiles. En 1986, il quitte le Trou Gascon, dont il est toujours propriĂ©taire, pour ouvrir le CarrĂ© des Feuillants (deux Ă©toiles Michelin) et plus de 4 000 vins Ă  la carte dont 350 armagnacs et eaux-de-vie. Également propriĂ©taire du bar Ă  tapas Pinxo Alain Dutournier est encore caviste, il possĂšde les Caves Marly, Ă  Port-Marly, dans les Yvelines (1 500 rĂ©fĂ©rences).
Signes particuliers : Élu chef de l’annĂ©e 1996 parles 600 chefs Ă©toilĂ©s français. PropriĂ©taire dans les Landes d’une petite vigne familiale, le Clos Labeyrie, il produit un vin rouge qu’il partage avec sa famille et ses amis.
Ses plus grands vins dĂ©gustĂ©s : Margaux 1900, La Mission Haut-Brion 1945, Yquem 1864, RomanĂ©e-Conti 1934 et beaucoup d’autres



www.larvf.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Ven 11 AoĂ»t 2017 08:02

.
Bourgogne : Le domaine Jayer-Gilles rachetĂ© par l’industriel suisse AndrĂ© Hoffmann
Encore un nom de la Bourgogne viticole rachetĂ© par un Ă©tranger. HĂ©ritier du laboratoire pharmaceutique suisse Hoffmann-La-Roche, AndrĂ© Hoffmann a acquis ce mois d’aoĂ»t la majoritĂ© du domaine bourguignon Jayer-Gilles.





AndrĂ© Hoffmann se prĂ©sente comme un amoureux de la Bourgogne et de ses vins. Familier du sud de la France, le Suisse, vice-prĂ©sident du groupe pharmaceutique familial Hoffmann-La-Roche, a rĂ©alisĂ© son rĂȘve de gosse en acquĂ©rant un domaine viticole bourguignon.

Son bĂ©guin s’est portĂ© sur le domaine Jayer-Gilles, une maison "synonyme d’une vinification rigoureuse, de vins de grande tenue", juge-t-il au lendemain de la vente.

La communautĂ© des amateurs et les lecteurs de La RVF se souviennent que ce domaine d’une dizaine d’hectares situĂ© Ă  Magny-lĂšs-Villers, Ă  un kilomĂštre au nord de Ladoix-Serrigny et d’Aloxe-Corton, a connu une certaine notoriĂ©tĂ© dans les annĂ©es 1990 en signant des vins en rupture avec la tradition bourguignonne de l’époque.

HOFFMANN, LA 15ÈME FORTUNE D'EUROPE

Le vigneron Gilles Jayer-Gilles, aux commandes du domaine depuis 1982, restera quelques temps encore le chef d’orchestre, avant de cĂ©der la place Ă  deux jeunes vignerons, Julien Gros (domaine Christian Gros), qui a ƓuvrĂ© aux chĂąteaux de Beaucastel (RhĂŽne) et Miraval (Provence), et Alexandre Vernet (domaines Gilbert, Philippe Germain et Manuel Olive).

D’aprĂšs la derniĂšre liste des plus riches familles d’Europe publiĂ©e par l’excellent magazine suisse Bilan, la fortune professionnelle de la famille Hoffmann s’élĂšverait Ă  prĂšs de 26 milliards de francs suisses, soit 23 milliards d’euros, ce qui la place au quinziĂšme rang en Europe.

DĂ©sormais Ă  la tĂȘte des crus Nuits-Saint-Georges Les Hauts PoirĂȘts, Nuits-Saint-Georges 1er Cru les Damodes et du grand cru Echezeaux du Dessus, AndrĂ© Hoffmann, entend poursuivre en Bourgogne ses efforts de conservation de la nature. PassionnĂ© par l’écologie et spĂ©cialiste des oiseaux sauvages de Camargue, M. Hoffmann est en effet vice-prĂ©sident du World Wide Fund for Nature (WWF International).


www.larvf.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Audio, vidéo, presse

Messagepar Lalex » Ven 11 AoĂ»t 2017 08:04

.
Vendanges 2017, les choses se précisent !
Les jours passent, les raisins mĂ»rissent et il est maintenant presque certains que les vendanges vont dĂ©buter dĂšs la fin du mois d'aoĂ»t dans le Beaujolais et peut-ĂȘtre aussi dans certains secteurs prĂ©coces en Bourgogne.



Les annĂ©es se suivent et ne se ressemblent pas puisque notre compte Ă  rebours sur les vendanges commence trĂšs tĂŽt en 2017. Cette photo prise lundi en beaune premier cru les GrĂšves montre une grappe de pinot noir trĂšs avancĂ©e en vĂ©raison qui devrait logiquement se retrouver dans la cuve dans trois semaines Ă  un mois. Un peu plus au nord, en CĂŽte de Nuits quelques vignerons et vigneronnes contactĂ©s ces derniers jours avançaient les dates des 6 ou 7 septembre. En cĂŽte de Beaune donc, la rĂ©colte devrait dĂ©buter quelques jours avant et peut ĂȘtre mĂȘme dĂšs les derniers jours d'aoĂ»t dans les secteurs trĂšs prĂ©coces de Beaune (notamment dans les GrĂšves) et de Volnay . Plus au sud, en CĂŽte Chalonnaise et dans le MĂąconnais, la probabilitĂ© de voir des vendangeurs dans les vignes dĂšs les tous derniers jours du mois d'aoĂ»t est plus forte chaque jour. Enfin, Ă  l'autre extrĂ©mitĂ© de la Bourgogne, dans l'Yonne, la question Ă©tait de savoir comment le vignoble allait rĂ©agir aprĂšs deux annĂ©es marquĂ©es par la grĂȘle (en 2016) et le gel (en 2016 et 2017). A ce jour, les voyants sont manifestement au vert et les vendanges devraient commencer Ă  Chablis lĂ -aussi vers le 7-8 septembre ; il faut s'attendre Ă  une grande hĂ©tĂ©rogĂ©nĂ©itĂ©, presque parcelle par parcelle, dans les volumes de rĂ©colte en fonction de l'intensitĂ© des Ă©pisodes de grĂȘle et/ou de gel.


La grande précocité maintenant certaine du millésime 2017 est le signe d'un cycle climatique placé cette année encore sous le signe de la chaleur. Tous les espoirs sont permis pour qu'aprÚs 2015, un nouveau grand millésime viennent remplir les caves dans toute la Bourgogne.


Quant au Beaujolais, il a classiquement sa semaine d'avance sur la Bourgogne et il est quasiment certains que les vendanges vont y dĂ©buter, dans les secteurs prĂ©coces, dĂšs la fin du mois d'aoĂ»t. LĂ  aussi la qualitĂ© a toutes les chances d'ĂȘtre excellente avec le bĂ©mol des consĂ©quences liĂ©es aux deux orages de grĂȘle de dĂ©but et fin juillet sur une partie du vignoble. Dans les secteurs Ă©pargnĂ©s (crus Brouilly et CĂŽte de Brouilly, JuliĂ©nas, Saint-Amour, Beaujolais-villages de Vaux en Beaujolais, du PerrĂ©on, de Salles-Arbuissonnas, BlacĂ©, Saint-Etienne des OulliĂšres, etc), on se met Ă  rĂȘver Ă  une qualitĂ© proche de celle de l'exceptionnel millĂ©sime 2015. Ailleurs, tout va dĂ©pendre des dĂ©gĂąts occasionnĂ©s par les orages de grĂȘle qui peuvent aller de 80-100% de perte Ă  des vignes quasi-intactes et ce sur une mĂȘme appellation.


Christophe Tupinier


www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1937
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

PrécédentSuivant

Retour vers Le vin en vidéo.

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité