Index du forum Les rubriques Les dégustations thématiques

Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar Vincent Ravenne » Dim 8 Mai 2016 19:14

il y a des WE plus difficiles que d'autres...
Celui ci, porté sous le signe de l'amitié, du vin et du partage a été particulièrement difficile :twisted:

Un ami qui intervient de temps en temps ici me proposait puisque j'étais de passage de m’arrêter deux jours pour arreter de courir et ainsi pourquoi pas fêter son anniversaire, passé certes depuis quelques mois mais pas encore fêté! L'occasion était belle de profiter du moment pour gouter deux ou trois trucs au fil des 4 repas que nous avons passés ensemble!

Le premier repas est l'occasion de découvrir un ovni dans une appellation où je n'ai jamais rien bu de bon... imaginez, on boit du Reuilly!
Un vin franc, mur, plein, gourmand... une définition parfaite, un éclat, une précision... tout d'un grand sancerre
Bravo à Guillaume Sorbe pour son Reuilly les poète 2014 :good:
un joli 16 sur ce vin

Nous avons là aussi bu un rouge mais fatigue du WE aidant, je ne remets plus la main dessus.. ça va revenir...
...ça y est, j'y suis!

un vin pas tout jeune dans sa robe mais clairement pas aussi évolué que cela... des arômes sudistes, de la prune, des fruits rouge, des épices, un grand équilibre pour ce vin avec une sensation alcoolique impossible à discerner et une évidence réconfortante... On boit une superbe cuvée de chez Jean David à Seguret, sa cuvée les couchants 2000
Un rapport Q/P remarquable

On passe aux choses très sérieuses le soir avec un premier vin âgé, offrant un caractère oxydatif certain...Perdu dans ces notes de noix et de curry, voilà-t-y pas que l'on se retrouve à oublier que ce perlant semble quand même bien marqué alors que le vin offre en milieu de bouche une puissance, une vinosité qui associées à la finale minérale on du faire de ce vin une très très belle bouteilles il y a encore 10 ans... On boit une cuvée que je n'avais jamais croisée, un Champagne cuvée Commodore de la maison De Castellane en 1975, l'année de notre hôte

La seconde bouteille nous fait elle aussi voyager... La bulle est fine, la finale saline, le milieu de bouche fruité, une belle trame acide mais le vin offre une sucrosité réelle et une aromatique que je n'attache à rien en champagne tant et si bien que je pars faire le tour de France avant au finale d'accepter l'idée que c'est bien un Champagne certes trop jeune mais loin d'être inintéressant... On boit un 100% Pinot Meunier, de chez Cedric Bouchard à la Rose de Jeanne, son Champagne cuvée Bolorée sur 2008

S'en suit un vin jaune or, profond, équilibré avec une aromatique qui me déconcerte un peu, allant des terpènes au fenouil, à l'anis, sur des fruits blancs, des notes de verveine,d'agrume, d'écorces d'agrumes, de nouveau l'anis... une vrai promenade..
Un peu perdu, je me dis que ces notes peu courantes associées à cet équilibre particulier, ce gras, cette fraicheur et une sensation alcoolique limité me font partir sur un Riesling allemand à 6 ou 7 degré! Mon hôte explose de rire et me dit qu'on est au moins à 14° sur cette bouteille... :cyclop:
Le tilt se fait alors et je le regarde en lançant:"alors c'est ça Rayas blanc pret à boire?" Il ne peut qu’acquiescer... C'est franchement bon que ce Rayas 1999 !
Un vin fort différent de celui bu à Paris il y a quelques temps, sans doute question de millésime et de préparation, très longue avant cette dégustation!

le vin suivant est une forme de perfection, une évidence gustative pour l'amateur de Bourgogne que je suis!
ce Clos de Ambres 2006 d'Arnaud Ente a tout pour lui, l'équilibre, la précision, les parfums, la longueur, l'évidence qui pousse à boire le vin en faisant waouhh...
Quel dommage que le prix de se nectar soit aussi difficile pour le portefeuille!

Le vin suivant est une grosse surprise... un vin à la couleur jaune d'or tirant parfois sur l'orange, aux arômes de fruits jaunes mais dont l'aromatique, l'intensité, la profondeur l’épaisseur même du vin déroutent au plus haut point! ce truc est ample, gras, parfumé, vieux mais semblant parti pour une très longue vin, quelques notes de fruits exotiques, beaucoup de fruits jaune, une belle acidité structurante, et les vagues qui reviennent... Sur les asperges grillées, c'est un carnage tant le vin est intense
On est en train de boire une vraie rareté ouverte en l'occasion pour je ne sais qui, un Clos Joliette Demi-sec de 1965 :shock:

bon on va se remettre doucement et passer sur les rouges...

le premier est un vin que je connais bien et que j'ai découvert grâce à l'ami Didier... un Grand Puy Lacoste 1982
Le vin est d'une jeunesse infernale, placé à l'aveugle au début des années 2000 :tubois:
Les fruits noirs, le poivron, le poivre, la violette, le cèdre, tout y est!
l'équilibre est superbe et la table s'oriente entre St Julien pour l'équilibre et St Estephe pour ce coté un peu rustique des tannins...
Il existe de plus grandes réussites en 1982 mais ce vin en est réellement une !

Le vin suivant me perd un peu...J'y vois du Bordeaux pour son aromatique poivrée et mentholée mais les tannins m'étonnent un peu, c'est frais mais mur, c'est parfumé mais pas comme une syrah, j'hésite à aller sur Hermitage, revient à Bordeaux pour le menthol, je tourne, je cherche te je me vautre!
On est sur un superbe vin italien du domaine Antoniolo, un Gattinara, cuvée Osso San Grato 1996
Super intéressant!

Derrière, on change de région, on file découvrir un petit vin à l'aromatique florale dominante, un vin d'équilibre, d'esprit, avec juste ce qu'il faut de milieu de bouche et des parfums à ne plus savoir où les mettre. Toutes les joies de la vendange entiere dans un vin parfaitement travaillé! C'est frais, doté d'une robe légère un peu transparente, celle qu'on aime voir l'été à la plage (oups pardon, je divague... :lol: )
Les parfums enivrants me perdent, je fais le tour de France avant de me dire qu'avec ce faible niveau d'alcool et cette robe claire, on devait être en Bourgogne sur un joli terroir tant le vin tient bien en bouche!
Nous sommes à Vosne Romanée mais pas sur un vin de dentelle et de roses fanées, trop jeune pour cela! Un vin produit sur un terroir classé en GC et déclassé en 1er cru chez JY Bizot sur le millésime 2006
Chapeau bas! et tant lieux pour ceux qui auront mis ce vin en cave car il y a sacrement du vin! Le genre de truc qui te fait comprendre pourquoi certains ne jurent que par Bizot!

Le vin suivant est une tuerie...
Profond, sombre, ample, tannique, juteux, epais, intense, les qualités n'en finissent pas de se mettre en évidence!
Le souci, c'est pour moi de mettre ce vin sur la carte de France...
Fruits noirs, noyau, extraction et ambition, mai justesse et gourmandise... où peut on faire cela...
Aucune note de poivron, on vire ainsi l'ouest de la France, pas d'alcool, on vire le Rhône sud, grosse maturité, on vire l'Alsace... On est en France donc il ne reste plus grand chose... Languedoc, Rhône nord et Bourgogne
la couleur est assez profonde mais pas noir... ça ne m'aide pas trop... pas de violette/olive/lard alors que le vin est à super maturité, je vire le Rhône nord...
Mon voisin avance plus vite que moi et obtient l'info que c'est du Bourgogne :o Avec ce volume? cette epaisseur... OK pour les arômes mais pour le reste, on est sur un Ovni...
Nous dégustons la cuvée de Nuits St Georges la Richemone cuvée Ultra de Christophe Perrot Minot sur 2009
dire que je n'en n'ai pas en cave pour le revoir dans 20 ans... :cry:

On en finit avec les rouges et on passe aux sucrettes...

j'ai l'impression qu'on en a bu 2 mais une seule me revient ... mais quelle bouteille!

Un volume de fou... une essence et un nectar en même temps, un truc dément tant il te prend la bouche et ne la rend plus
Un vin qui combine aromatique superbe, équilibre, acidité parfaite, légèreté et sapidité pour un truc qui frise les 500g de résiduelle
dément!
Ce Riesling Hofberg, Trocken Beeren Auslese 2011 de Andreas Adam est le type même du vin à se relever la nuit... :cdc:

Bon j’étais beaucoup trop allumé pour le faire mais il aurait mérité! :cdc: :drunk: :drunk: :drunk:


Bon je reviens plus tard pour la suite du WE et la grande soiré, car, comme mon foie, j'ai besoin d'une peu de repos :lol: 8-) :cheers:
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre

Re: Week end difficile et plaisir de partage

Messagepar JP Nieudan » Dim 8 Mai 2016 20:09

Salut Vincent,

vous n'étiez que deux pour boire cela ? Image
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8094
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar julien dubertret » Lun 9 Mai 2016 08:40

Coucou Vincent,

il n'y avait bien qu'un seul vin liquoreux le premier soir, le vin d'Andreas Adam, 5% d'alcool et 12gr d'acidité totale, une des clés de cet équilibre magistral !
Et t'inquiète JP, on était plus que deux ..... cinq :)
Des journées entières dans les vignes
http://www.mesvendanges.com
julien dubertret
 
Messages: 538
Inscrit le: Jeu 27 Déc 2007 10:41
Localisation: Chomelix (Haute-Loire)

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar julien dubertret » Lun 9 Mai 2016 08:46

et Rayas blanc 1999, ainsi que l'Osso San Grato 1996 étaient le lendemain soir ;)
Des journées entières dans les vignes
http://www.mesvendanges.com
julien dubertret
 
Messages: 538
Inscrit le: Jeu 27 Déc 2007 10:41
Localisation: Chomelix (Haute-Loire)

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar Vincent Ravenne » Lun 9 Mai 2016 09:05

julien dubertret a écrit:et Rayas blanc 1999, ainsi que l'Osso San Grato 1996 étaient le lendemain soir ;)


Oups,

je vais les remettre à leur place ensuite...
Puisque j'ai fait des photos dans le desordre, je finis par m'y perdre :lol:
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar Vincent Ravenne » Ven 13 Mai 2016 18:56

avant de parler du lendemain soir, parlons du lendemain midi...

la promenade ayant ouvert les appétits, et donné soif, on se jette sur un verre sitôt la porte franchie et on s'essaye à la dégustation d'un chablis les Clos du domaine patrick Piuze sur le millésime 2008
Difficile en l'état de dire si ce vin était dans cette phase bizarre qu'ont les Chablis en période de fermeture, avec une coloration légère des robes et des notes oxydatives mais qui au final redeviennent normales après quelques années selon plusieurs sources concordante.
Toujours est il que ce vin ne se présentait pas comme je l'aurais voulu même si la typicité du vin était bien présente avec en particulier à partir du milieu de bouche une salinité très marquée. Pour en avoir discuter avec ceux qui l'on retenté le lendemain, ce vin se goutait mieux, moins marqué par ces notes rancio, noix
un vin non noté

Le vin suivant présente lui aussi une robe foncée, orangée, qui m’inquiète de prime abord mais clairement non, le vin n'est pas oxydé
C'est un vin à l'aromatique forte, sur des fruits jaunes, pèche, coing, des épices en nombre, avec une colonne vertebrale acide soutenue, un vin tres sec, tres tendu, à l'opposé de ce qui se produit dans le sud de la France... avantage, on part au nord et sur du chenin et on s'en sort pas mal... Un vin tres minéral en finale avec une belle longueur et quelques notes de pomme au four sur le fruit
Un vin qui surprend par son aromatique et sa tendance naturelle à s'évaporer :jesors:
Il s'agit des vieilles vignes éparses du domaine belliviere sur 2002
Noté 16.5

On passe ensuite sur les rouges avec une premier vin remarquable, à la robe moyennement intense, très pinot à vrai dire...
Puisque le nez donne des notes de fruits rouges, d’épices, d’écorces d'orange, des notes plus riches, plus lourdes aussi, difficile à définir... Pas ou peu d'alcool dans le nez, on porte en bouche et on se dit que c'est dense, savoureux, d'un volume certain même! un peu comme un bourgogne de belle maturité ou un Rhône sud qui n'aurait pas d'alcool débordant.
On boit et on se dit que c'est très bon ce truc, pas tout jeune mais fort bon...
Aller je me lance vers un beau Bourgogne d'un millésime mur, un truc genre 1999 ou 2003 et bien sûr, je me ramasse!
C'est d'autant plus dûr que Julien me precise que c'est un vin que j'ai déjà bu avec lui, ce qui a pour conséquence de me rappeler à quel point je suis perfectible :tubois:
et bien oui je bois, je bois pour oublier mes imperfection et je bois avec un plaisir non feint ce CDP Terre Ferme 1990 !
noté 17

Le vin suivant à une robe à peine plus soutenue mais un disque plus orangé.
on plonge le nez dedans, il y a des épices, des notes végétales, du menthol, du fruit encore, pas mal de tannins en bouche avec de la tenue, un milieu de bouche équilibré, une buvabilité certaine mais une propension à me faire voyager marquée... Mais où est on?
Trop équilibré pour être en Rhône sud, en Languedoc ou dans le Sud est, pas de poivron pour partir dans les régions de cabernet, pas de coté pinotant, je voyage et je rame...
une fois de plus, je me ramasse dans les grande largeur et ne reconnais pas ce fort beau BAMA 1975
un vin noté 16+

le vin suivant est tout aussi évolué mais la robe semble un poil plus intense dans mon souvenir
là encore, l’aromatique peut faire voyager mais il y a des points communs avec le précédent en plus mur, en plus charnu, plus gourmand
ce bébé est un autre BAMA, un 1964 qui se goute remarquablement bien
étonnant de voir comment ces vins traversent le temps en se bonifiant sans trop se rider... bluffant!
miam miam

on se retrouve après une petite sieste pour parler du repas du soir qui a balayer en quelques heures tous les souvenirs des trois premiers repas et les merveilles dégustées
noté 16.5
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar julien dubertret » Jeu 19 Mai 2016 07:49

ben alors on attend la suite :)
Julien
Des journées entières dans les vignes
http://www.mesvendanges.com
julien dubertret
 
Messages: 538
Inscrit le: Jeu 27 Déc 2007 10:41
Localisation: Chomelix (Haute-Loire)

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar Vincent Ravenne » Jeu 19 Mai 2016 23:06

Il va falloir que tu m'aides, je commence à avoir mon Alzheimer qui me travaille

Diner du samedi soir où Julien a su me convaincre de ne pas aller à la piscine!

On commence par un petit champagne à la robe teintée, viel or, avec des notes oxydatives au nez mais très jeune en bouche.
Les arômes vont du miel aux fleurs, du beurre aux fruits blancs, de la craie à la craie... ou à la craie
le vin est intense, profond, avec toujours ces petites notes oxydatives tirant sur la pomme au four et en même temps ces vagues qui reviennent....
Moi qui ne suis pas bulles, c'est fort bon
On découvre l'étiquette et waouh, on est en train de se siffler une bouteille de Substance de Selosse :cdc:
Noté 18

Puisque je mélange tout, je suis paumé dans les blancs...
Premier souvenir, encore un truc avec des notes oxydatives... à se demander si notre hôte n'est pas fan de ces arômes.
On se balade un peu pour le cépage, la région, Julien annonce que cette oxydation ménagée est voulue, ça fait très jura par ce coté curry, pomme et d'un autre coté, je ne vois ni savagnin ni chardonnay par contre la salinité de ce vin est superlative... Qu'est ce que c'est que ce truc...
Mon voisin propose du chenin que Julien valide et cette crapule m'annonce que c'est un vin que j'ai déjà bu... Oh la misère, je suis infoutu de l'identifier...
Il s'agit d'un anjou non revendiqué, élevé sous voile en bio et sans soufre, la cuvée The Picrate d'Eric Callcut (vigneron éphémère de 1995 à 1999) qui sur ce millésime 1996 nous a sorti un Ovni
Je ne peux noter faute de référentiels... mais dans le style, c'est franchement intéressant

Le vin suivant a été décrit auparavant, il s'agit du Rayas 99 dégusté ici

le vin suivant est un vin pour moi, évident, droit, juste, parfait!
Clairement un chardonnay dès le premier nez, avec un poil de réduction sur les lies mais rien de caricatural, à peine de bois, loin du style Coche dury que l'on voit décrit partout...
un peu de fleurs blanches, de tisane, de la tension, de la profondeur, un fruit superbe, du minéral et cette évidence, cette justesse, tout ce que l'on peut rechercher dans une beau Bourgogne blanc... Une telle justesse, il n'y a pas à chercher, en dépit de ce que j'ai écrit, je précise que ce vin offre des arômes de chèvre à deux becs qui fait marrer notre hôte et décontenance les autres convives
Un vin magnifique, une quintessence de Meursault village!
un somptueux Mersault les rougeots de JFCD sur le millésime 2005
Noté 17.5

Histoire de revenir sur des bases sérieuses, le vins suivant, assez foncé dans le verre, offre des notes oxydatives :jesors:
Bon cette fois ci, ce n'est pas voulu précise Julien...
Clairement la pomme et la noix ont pris le dessus et c'est bien dommage, il y a du vin dans cette bouteille, une salinité intense et un volume superbe... mais le coté oxydatif gâche ce vin et c'est bien dommage
C'était un Meursault Genevrieres 1992 de F.Jobart qu'on ne notera pas ici... Deuxième bouteille ouverte et donc deux bouteilles oxydées... sale période que cette fin de 20eme siècle pour les blancs en bourgogne et hélas ces genevrières semblent touchées

On passe aux vins rouges et le premier a déjà été commenté ici, le Gattinara, cuvée Osso San Grato 1996 que vous retrouverez quelques lignes plus haut

Le vin suivant est simplement magnifique...
Un petit jeune, certes un poil moins jeunot que le Gd Puy Lacoste 1982 de la veille mais un jeunot
Un ami a écrit sur ce vin
.La robe est couleur tuile,mais dense et relativement sombre.Beaucoup de larmes.Le nez sent le médoc:d'abord des senteurs herbacées,puis du cassis,de la réglisse,du cuir et du champignon....quelques notes d'épices aussi...en tout cas,c'est fin,délicat,suffisamment subtil pour y laisser mon nez longtemps au dessus du verre.
En bouche,c'est du bonheur.Le vin montre des tannins fondus, droit aussi,élancé,rond et charmeur,pulpeux,sans agressivité en bouche,équilibré par une acidité bienvenue,ce qui lui donne une sensation de punch,d'allonge....Et la longueur est magnifique

Et bien je suis d'accord avec lui, ce vin est d'une gourmandise, d'une profondeur, d'un équilibre magistral! Un très grand médoc qui devrait rendre accroc tous les minots adeptes du Bordeaux Bashing sans jamais en avoir bu à maturité
une note de 18+ pour ce Gruaud Larose 1982

Histoire de ne pas rester ainsi sur une quasi perfection, on boit ensuite une véritable perfection...
Rayas 1995 :cheers: :cdc:
Sur ce vin, j'ai noté :
Autant 1997 ou 2002 sont de Rayas d'essence, dans un style qui peut rendre addict (j'en fait partie), autant ce Rayas 1995 est un vin terrien, un vin de fruit, un vin de concentration propre à rallier à la cause du château les plus dubitatifs!
Un ami écrivait à propos d'un autre millésime '' unique,splendide,délicat,voluptueux,enchanteur,envoûtant...et tellement long en bouche,équilibré...la classe''
et bien le 1995 est tout cela et même plus!
Un monument, un monstre, un pétrolier entrant dans un port de pêche... quand vous l'avez en bouche, tout ce que vous avez bu avant n'existe plus tant le vin est ample, généreux, savoureux... oh quel souvenir
Je n'ai pas pu boire le 1990 à ce jour mais je peux vous dire que ce Rayas 1995 entre dans la catégorie des immense block buster, des happy few, cette catégorie avec Petrus 1990, avec Mouton 1986, et quelques autres...
Noté 18.5/19

impossible de passer derrière pour un quelconque rouge, il faut se résoudre à en rester là....

A moins qu'une petite sucrette... euhhh, ..., en voilà une bonne idée !!

Robe teintée, viel or, assez sirupeux de mémoire
le nez est une explosion de saveurs, des saveurs fruitées, fruits jaunes, fruits exotiques, épices, tisanes, thé, cire, agrumes, écorce, safran, ça part dans tous les sens.
l'acidité en bouche est magistrale, le vin profond et équilibré, d'une puissance réjouissante, encore fringant en bouche
Mais qu'est ce que c'est... Tour de France... julien se marre! on est trop nul, on est revenu là où l'on est passé hier mais sur un millésime plus jeune, celui de Julien avec ce magnifique Clos Joliette 1975
Noté 18

je m’apprête à rendre les armes quand Julien me dit qu'il va en chercher un autre...
Je proteste car la finale est déjà superbe et l'assemblée un tantinet cramée mais Julien me dit qu'on est encore en pleine forme et que ça mérite... et effectivement ça mérite!
On n'était quasiment plus que deux à boire mais clairement on en a bien profité

Une robe sombre, quasi noire, caramel foncé plutôt...
Le nez est avenant, gourmand, frais, fruité, gourmand.. on a envie d'y plonger
Abricot, datte, coing, écorce d'orange, thé, tarte tatin, le tout avec un équilibre acidité-liqueur assez exceptionnel dès le milieu de bouche qui se fond avec le salin pour terminer dans une finale longue et savoureuse.
l'équilibre de ce vin est magistral
un vin que j'avais moyennement gouté pour mes ...antes ans mais qui là m'enchante réellement
Un géant que ce Moelleux Réserve 1990 de Foreau
Noté 18+

Et le plus exceptionnel, c'est que 8h plus tard, on se lève frais comme un gardon... il n'y a pas à dire, quand on boit bon, tout va bien

Plus le temps passe et plus je me dis qu'on a passé une soirée d'anthologie :good: :cdc: :cheers: :drunk:
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar Lalex » Ven 20 Mai 2016 07:52

Wahou ! quelle belle série !!

Merci pour tes Crs Vincent et quel pied vous avez du prendre avec tous ces vins ! :cdc:

Alex,
Lalex
 
Messages: 2023
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar julien dubertret » Ven 20 Mai 2016 08:24

40ans (2).jpg
le tableau final
40ans (2).jpg (140.18 Kio) Consulté 2104 fois
voici le tableau final
Des journées entières dans les vignes
http://www.mesvendanges.com
julien dubertret
 
Messages: 538
Inscrit le: Jeu 27 Déc 2007 10:41
Localisation: Chomelix (Haute-Loire)

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar julien dubertret » Ven 20 Mai 2016 09:18

concernant le Substance de Selosse, c'était une bouteille dégorgée en avril 2005, donc plus de 10 ans de cave !
Julien
Des journées entières dans les vignes
http://www.mesvendanges.com
julien dubertret
 
Messages: 538
Inscrit le: Jeu 27 Déc 2007 10:41
Localisation: Chomelix (Haute-Loire)

Re: Week end difficile et plaisir de partager

Messagepar Vincent Ravenne » Ven 20 Mai 2016 20:43

ça fait plaisir de revoir toutes ces bouteilles !

qu'est ce que c'était bon :drunk:

A refaire quand tu veux ;)
BAREME DE NOTATION 19+ À 20:VIN MYTHIQUE 18+ À 19:VIN EXCEPTIONNEL 17+ À 18:TRÈS GRAND VIN 16+ À 17:GRAND VIN 15+ À 16:TRÈS BON VIN 13+ À 15:BON VIN 11+À 13:VIN MOYEN 10 À 11:VIN FAIBLE MOINS DE 10:VIN DÉFECTUEUX
Vincent Ravenne
 
Messages: 8562
Inscrit le: Ven 26 Oct 2007 07:32
Localisation: Entre Béarn et Bigorre


Retour vers Les dégustations thématiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité