Index du forum Les rubriques Bourgogne

Le vignoble de Bourgogne

Messagepar JP Nieudan » Jeu 24 Avr 2008 12:34

La viticulture apparaît en Bourgogne avant le début de l'ère chrétienne mais se développe essentiellement avec l'occupation romaine. A partir du Xème siècle, l'essor de Cluny et des ordres monastiques entraîne la croissance de la vigne et au Moyen-Age, la puissance du duché de Bourgogne favorise sa production. De monastique et aristocratique, la vigne devient au XIXème siècle bourgeoise et populaire.
Située au centre-est de la France, la Bourgogne s'étend sur 300 kilomètres. Réputée pour être le pays des petits propriétaires où la surface moyenne ne dépasse jamais en général les dix hectares, elle produit de nombreux trésors. Le sous-sol composé de calcaire présente en surface un relief de coteaux sur lesquels la vigne pousse à flanc.

Les cépages de Bourgogne:

Deux cépages se partagent le vignoble : le Pinot Noir et le Chardonnay.

D'une vinification délicate, le Pinot Noir, à l'origine du vin rouge, donne des vins subtils et sensuels aux notes de fruits rouges. Il s'avère délicat de vinifier ce cépage pour en obtenir des arômes, une couleur et des tannins en quantité suffisante, d'autant plus que le climat septentrional peut parfois nuire à la l'obtention d'une maturité parfaite des baies.

Le Chardonnay, à la base du vin blanc de Bourgogne, donne des résultats très différents selon les vinifications et les terroirs. Moins exigeante dans son élaboration que pour les vins rouges, la vinification du Chardonnay donne des vins complexes et concentrés. Un grand Bourgogne blanc sera ample, aux notes de miel et de noisette.

Le cépage Aligoté donne le Bourgogne aligoté, vin rouge, vif et " de carafe " et le crémant de Bourgogne élaboré à partir du Chardonnay, est un vin effervescent, fermenté en bouteille.

Classements et appellations de Bourgogne

Les vins de Bourgogne sont classés en quatre grandes catégories :

Les grands crus, regroupant 33 A.O.C. soient 2% de la production totale .

Les premiers crus concernant 561 climats soient 12% de la production totale. Certains climats ont en effet droit Ă  l'appellation Premiers crus.

Les vins de village ou appellations communales regroupant les A.O.C. du nom du village ou pouvant concerner plusieurs communes tel le Chablis.

Les appellations régionales rassemblent 22 A.O.C. régionales et 50% des vins rouges.

Source : idealwine
Dernière édition par JP Nieudan le Lun 5 Mai 2008 12:24, édité 1 fois au total.
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8113
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar JP Nieudan » Ven 25 Avr 2008 12:21

La Bourgogne viticole est plus Ă©tendue que la Bourgogne "province". DĂ©partements : Yonne (89), CĂ´tes d'or (21), SaĂ´ne et Loire (71), RhĂ´ne (69). Le vignoble principal s'Ă©tend sur 200 km de Lyon Ă  Dijon mais se montre relativement Ă©troit (800m pour la CĂ´te de Nuits).

Historique:

Le vignoble date de l'époque gallo-romaine mais il fut abandonné pendant de longues années et ce sont les moines de l'abbaye de Cîteaux (Cisterciens) qui défrichèrent et mirent en valeur ce vignoble. En 1395, Philippe le Hardy interdit le gamay. Très utilisé dans le beaujolais, on se rend compte que ce cépage est plus producteur et il est moins qualitatif que le pinot noir. En 1790, à la révolution les biens du clergé sont confisqués et le vignoble se morcèle par le biais des successions. 1859 : C'est la première vente aux enchères des Hospices de Beaune. Le passage du phylloxera dévastera le vignoble mais les vignerons bourguignons prouveront qu'il est possible de réaliser des grands vins sur des pieds greffés.

Climat :

Le climat est de type continental : les hivers sont froids et rigoureux, les gelées sont parfois tardives mais les étés se montrent chauds et ensoleillés.

Sols :

Du fait de la longueur du vignoble, la composition du sol est assez variée mais on peut retenir que le nord du vignoble est principalement calcaire et le sud argilo-siliceux. La région de Chablis possède un sol particulier de type Kimméridgien (du nom du village de Kimmeridge au sud de l'Angleterre qui possède le même sol) qui se compose de marnes calcaires épaisses.

CĂ©pages :

Les deux principaux cépages sont le Pinot noir , le Gamay , le Chardonnay , l'Aligoté , le Sauvignon qui n'est utilisé que pour l'appellation Saint-Bris obtenue en 2002.

Appellations :

La Bourgogne possède un fonctionnement des appellations qui est très spécifique, il convient de distinguer plusieurs niveaux d'appellations :

Appellation générique : A.O.C. Bourgogne
Appellations régionales et sous régionales

RĂ©gionales :

Bourgogne blanc
Bourgogne rouge, clairet et rosé
Bourgogne aligoté blanc
Bourgogne Passe-tout-grains (pinot et gamay)
Crémant de Bourgogne

Sous régionales :

Chablis, Petit Chablis
CĂ´tes de Nuits, CĂ´tes de Nuits villages
CĂ´tes de Beaune, Hautes CĂ´tes de Beaune, CĂ´tes de Beaune Villages
Chalonnais,
Mâconnais, Mâcon villages, Mâcon-Supérieur
Beaujolais

Appellations communales :

Certains villages offrent des produits de meilleur qualité, ils possèdent donc leur propre appellation, par exemple A.O.C. Pommard correspond au petit village de Pommard à côté de Beaune.

Appellations Premiers Crus :

Sur certaines appellations communales l'aire de production est divisée en de nombreuses parcelles appelées " lieux-dits " ou " climats ". Certains climats se distinguent par la typicité et le niveau de qualité des vins qu'ils produisent et accèdent au rang de " premier cru ". Sur l'étiquette la mention " premier cru " suivie du nom du climat est indiquée à la suite du nom du village. Exemple : Les Petits Vougeots à Vougeot .

Appellations Grands Crus :

Au summum de la qualité, certains climats se distinguent des "Premiers Crus" et peuvent accéder au rang de "Grands Crus". Sur l'étiquette, seul figure le nom du climat suivi de la mention " grand cru ". Ex : Chambertin Grand Cru (appellation grand cru de la commune de Gevrey-Chambertin).

Caractères des vins :

Les vins rouges

Cette région est devenue la référence mondiale du pinot noir. Souvent copié mais jamais égalé, car ce cépage ne semble vouloir donner le meilleur de lui-même que sur ce terroir, dans ces conditions climatiques. et avec ce savoir-faire bourgignon. Le résultat est là : les grands crus de la Côte de Nuits possèdent une expression aromatique incomparable de petits fruits rouges et offre une belle harmonie en bouche. Dans l'ensemble ce sont des vins de garde, les premiers et grands crus s'accorderont parfaitement avec du gibier, les autres vins se marieront mieux avec des volailles (coq au vin) ou des pièces de boeuf grillées (Entrecôte Bareuzai).
Température de service : entre 14 et 16°C au maximum .

Les vins blancs secs

Les grands crus de Montrachet et de Chablis sont des vins exceptionnels par leur équilibre. Avec une expression aromatique complexe qui rappelle souvent le beurre frais, la noisette et l'amande ils s'ouvrent pleinement en bouche et se terminent sur une bonne longueur. Il faut attendre entre 4 à 5 ans pour profiter pleinement de ces vins sur des poissons nobles, volailles à la crème et foie gras. Les autres vins sont moins racés mais conviennent mieux avec les andouillettes, les escargots, les truites à la bourguignonne. A noter, la toute récente appellation Saint-Bris (2002) qui est la seule à utiliser le sauvignon comme cépage.
Température de service : entre 10 et 12°c selon les appellations .

Les vins mousseux

On trouve des vins mousseux réalisés selon la méthode traditionnelle sous l'appellation Crémant de Bourgogne. Issus de cépages pinot noir et chardonnay, ce sont des produits agréables que l'on ne manquera pas d'accorder avec les desserts locaux comme les poires belle dijonnaise ou la famousse à base de potiron.
Température de service : entre 6 et 8°c
Dernière édition par JP Nieudan le Lun 5 Mai 2008 12:28, édité 2 fois au total.
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8113
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar StĂ©phane VILLETTE » Ven 25 Avr 2008 20:25

A visiter absolument :
http://www.vins-bourgogne.fr/
Avec la possibilité d'imprimer des cartes par appellations. ;)

@micalement.

Stéphane.
"La vie ce n'est pas d'attendre que les orages passent, c'est d'apprendre comment danser sous la pluie."
Avatar de l’utilisateur
Stéphane VILLETTE
 
Messages: 2764
Inscrit le: Jeu 18 Oct 2007 15:18
Localisation: PĂ©rigueux (France)

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar nonsolodivino » Mer 14 Mai 2008 15:02

Ahhhh la Bourgogne ... :cdc:
une terre où la culture viticole a une importance fondamentale dans sa tradition populaire depuis beaucoup de siècles.
Traditions bien perceptibles partout, que uni au charme des vins ils réussissent à nous transmettre grandes émotions et passions.
Il est en Bourgogne qu'elle s'est affirmée la philosophie du "terroir."

Le terme, pas traduisible en aucune autre langue, il renferme tous les facteurs, géologiques, microclimatiques et humain, qu'ils rendent ces vins, absolument uniques. Une tradition séculaire, développée par les moines bénédictins qui occupaient les abbayes de la zone, il a porté à la constitution d'un grand numéro de "crus", vignobles apte à caractériser en manière nette les vins produits.

On dit "que les moines goûtassent la terre des vignes pour en comprendre le réelle valeur,

Ca c’est l'esprit qui lie un vaste groupe de vignerons, qu'ils suivent les théories valorisées et diffusés dans le dernier siècle par Henri Jayer, le but est ce d'opérer dans le plein respect des sols et de l'ambiant
en offrant fruits de grande qualité apte à conférer au vin les particularités des différents parcelles.

Pour ce motif nous avons voulu dédier un blog exclusivement dédié à la Bourgogne où recueillir documents, dégustations, renseignements, pensées, sur tout ce que concerne cet magique région.

http://vinidiborgogna.wordpress.com/
Giorgio & Stefano
nonsolodivino
 
Messages: 55
Inscrit le: Lun 12 Mai 2008 15:18
Localisation: Suisse - Canton Tessin (CH)

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Gweno1 » Mer 21 Mai 2008 12:56

Dans l'Yonne, il n'y a pas que le Chablis ou le Saint Bris !
Il ne faut pas oublier l'Epineuil, l'Irancy, les vins de Joigny (la cĂ´te saint Jacques), les vins de VĂ©zelay, le tonnerois ...
Et en CĂ´te d'or, il y a Ă©galement les vins de Chatillon sur Seine

Et j'en profite pour faire un petit coucou Ă  ma belle-famille iconaise (habitant de l'Yonne)
- Qu'est-ce que vous regardez ? C'est la carte routière ? - Non ! C'est la carte des vins. C'est pour éviter les bouchons ! [Raymond Devos]
http://touteslesbonneschosesontunefaim.blogspot.com/
Avatar de l’utilisateur
Gweno1
 
Messages: 64
Inscrit le: Lun 29 Oct 2007 13:28
Localisation: Ile de France

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Torschutz » Jeu 29 Mai 2008 09:34

Belle carte postale de nonsolodivino...
Attention quand même, cela n'est valable que pour une petite partie de la production. Il y a encore beaucoup à jeter à l'évier, même si la tendance depuis quelques années est à l'amélioration globale de la qualité.
Il faut rappeler que beaucoup se sont laissé aller pendant des années s'attardant sur la renommée du mot magique "Bourgogne", et de cette réputation un peu galvaudée sont nés des vins de piètre qualité. La Bourgnogne porte en elle ce paradoxe : c'est une alternance de champs de mines et de pépites d'or qui peut dérouter ou rebuter celui qui commence à s'y aventurer.
Cette région doit continuer de se battre pour conserver cette cartographie si complexe et si passionnante. Elle doit également être vigilante sur les petits travers de ce conservatisme nécessaire. Elle doit peut-être envisager quelques modifications sur des parcelles mal nommées ou mal classées : tous les lieux ont une histoire, mais quelques uns ont une justification initiale qui s'éloigne du classement des Moines (histoires administratives par ex.) ou qui se révèlent aujourd'hui qualitativement un peu en dessous, voir un peu au-dessus. Exemple su Clos de Vougeot en GC qui produit qualitativement par endroits l'équivalent de 1er crus ... Contre-exemple du Clos St Jacques en Gevrey Chambertin, qui selon certains, pourrait être (aurait du être) classé Grand Cru.
Après ce bémol, je ne peux m'empécher de soutenir nonsolodivino dans l'enthousiasme qu'est le mien lorsque j'ouvre une Vigne de l'Enfant Jesus ou bien parfois même un "simple" Marsannay : quand le Pinot est transcendé, il se produit une vibration particulière qu'il est en effet difficile de trouver ailleurs.

Cyrille.
Avatar de l’utilisateur
Torschutz
 
Messages: 275
Inscrit le: Lun 21 Jan 2008 12:19

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar nonsolodivino » Jeu 19 Juin 2008 20:58

Giorgio & Stefano
nonsolodivino
 
Messages: 55
Inscrit le: Lun 12 Mai 2008 15:18
Localisation: Suisse - Canton Tessin (CH)

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar didierB » Mar 16 Juin 2009 08:45

Se promenner dans les vignes de Bourgogne et identifier les meileures parcelles des meilleurs producteurs n'est pas chose aisée...la Bourgogne est vaste et morcellée,j'ai fait l'expèrience le mois dernier en compagnie d'oenologues et de vignerons chez qui j'étais en visite, "Les vins de Bourgogne" (de Sylvain Pitiot Version Poche Collection Pierre Poupon) m'a bien aidé ainsi que ce classement des premiers crus de blancs et rouges de Bourgogne qui permet aux amateurs de mieux hiérarchiser les premiers crus entre eux et d’identifier les meilleurs terroirs des plus belles appellations 1er cru bourguignonnes.
Mes ballades se sont pour l'instant limitées aux secteurs de Puligny-Montarchet, Meursault, et la Colline des Cortons ... j'y retourne bientôt ... rien que pour le plaisir par exemple de regoûter in-situ le Meursault Poruzot 2001 de François Jobart un moment d'intense émotion ...

Les 25 meilleurs premiers crus blancs de Bourgogne:

1. Meursault Clos des Perrières (cœur historique des Perrières)
2. Meursault Perrières Dessus
3. Puligny-Montrachet les Demoiselles
4. Puligny-Montrachet les Combettes
5. Puligny-Montrachet les Pucelles
6. Meursault Genévrières Dessus
7. Puligny-Montrachet les Caillerets
8. Meursault Charmes Dessus
9. Puligny-Montrachet Folatières
10. Chablis Montée de Tonnerre
11. Chassagne-Montrachet Caillerets
12. Chassagne-Montrachet Grandes Ruchottes
13. Chassagne-Montrachet La Romanée
14. Meursault Genevrières Dessous
15. Chablis Fourchaume
16. Chassagne-Montrachet Dents de Chien
17. Beaune Clos des Mouches
18. Chassagne-Montrachet Blanchots Dessus
19. Meursault Poruzots
20. Meursault Goutte-d’or
21. Chablis Mont de Milieu
22. Vougeot Clos Blanc
23. Saint Aubin Chatenière
24. Chassagne-Montrachet Morgeot
25. Chablis ForĂŞt

L’amateur pourra également trouver des vins superbes parmi les 30 suivants :

Chablis : Vaillons, Chapelot
Morey-Saint –Denis : les Monts Luisants
Nuits-Saint-Georges : La Perrière, clos de L’Arlot
Pernand-Vergelesses : Iles des Vergelesses, Sous Frétille
Meursault : Bouchères, Charmes Dessous, Hameau de Blagny, La Pièce sous le Bois
Puligny-Montrachet : Champs Canet, La Garenne, Clos de la Garenne, Les Perrières, les Referts, Clavoillon, La Truffière, Champ Gain, Chalumeaux
Saint-Aubin : En Remilly, Murgers des Dents de Chien, Frionnes
Chassagne-Montrachet : En Remilly, Les Embrazées, Vergers, En Virondots, Clos-Saint-Jean, Chaumées, La Maltroie.

Les 25 meilleurs premiers crus rouges de Bourgogne:

1. Gevrey-chambertin : Clos saint jacques
2. Chambolle-Musigny : Les amoureuses
3. Nuits-saint-Georges : les Saint-Georges
4. Vosne-Romanée : Cros Parentoux
5. Volnay : Caillerets
6. Gevrey-Chambertin : Lavaux Saint-Jacques
7. Pommard : Clos-des-Epeneaux
8. Pommard : Rugiens
9. Nuits-Saint-Georges : Les Vaucrains
10. Chambolle-Musigny : Les Charmes
11. Vosne-Romanée : Les Malconsorts
12. Vosne-Romanée : Les Brûlées
13. Beaune : Grèves
14. Gevrey-Chambertin : Les Cazetiers
15. Volnay : Santenots
16. Vosne-Romanée : Les Beaux Monts
17. Volnay : Les taille-Pieds
18. Beaune : Clos-des-Mouches
19. Vosne-Romanée : Aux Reignots
20. Nuits-Saint-Grorges : Les Cailles
21. Volnay : Clos-des-ChĂŞnes
22. Vosne-Romanée : Les Suchots
23. Pommard : Epenots
24. Nuits-Saint-Georges : Les Pruliers
25. Nuits-Saint-Georges : Clos des Porrets St-Georges

Village par village, du Nord de la côte de Nuits, à la côte Chalonnaise, voici derrière ce TOP 25 des premiers crus rouges de Bourgogne, les 50 « suivants » dans lesquels l’amateur pourra trouver des vins superbes, proches du …Top25

Fixin : ClosNapoléon
Gevrey-Chambertin :Cherbaudes, Corbeaux, Champeaux, Les Combottes, Combe aux Moines.
Morey-Saint-Denis : La Riotte, Clos-des-Ormes, Monts-Luisants
Chambolle-Musigny : Les Fuées, Les Hauts-Doix, Combe d’Orvaux, Beaux-Bruns
Vosne-Romanée : La croix Rameau, Les Gaudichots
Vougeot : Clos de la Perrière, Les Petits Vougeots
Nuits-Saint-Georges : Aux Murgers, Boudots, Clos des Forêts Saint-Georges, Aux Perdrix, Damodes, Clos de l’Arlot, Clos des Corvées Pagets
Ladoix :Micaude
Aloxe Corton :Fournières
Pernand-Vergelesses : Iles de Vergelesses
Savigny-les-Beaune : Domiode, Narbantons
Beaune : Avaux, Vignes Franches Bressandes
Volnay : Fremiets, Champans, Clos de la Barre , Clos-des-Ducs, Clos de la Bousse-d’Or, Mitans Pommard :Chanlins,Chaponnières,Croix Noires
Monthelie :Champs Fulliot
Auxey-Duresse : Clos du Val
Chassagne Montrachet :ClosSaintJean
Santenay :Gravières
Mercurey : Clos du Château de Montaigu, Champs Martin
Givry : Cellier aux Moines, Servoisine
Avatar de l’utilisateur
didierB
 
Messages: 74
Inscrit le: Lun 1 DĂ©c 2008 09:10

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar JP Nieudan » Mar 16 Juin 2009 15:57

Beau travail Didier :appl:

jpierre
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8113
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar didierB » Mar 16 Juin 2009 16:28

J'ajoute qu'évidemment ce classement ne provient pas d'une recherche personelle mais d'une étude commandée par le BIVB et paru sur Bourgogne Aujourd'hui, je l'ai cependant présentée à Patrick Leflaive ,Vincent Rapet et Antoni Ravat Oenologue de la Maison Louis Jadot qui l'ont trouvé pertinente... la remarque de Mr Ravat porta cependant sur l'absence des crus du Maconnais qui viendraient compléter idéalement cette liste ... à suivre donc!...
L'intérêt étant d'identifier les parcelles et leurs propriétaires carte en main:
Carte des terroirs de Meursault:
http://www.divine-comedie.com/uploaded- ... rsault.jpg
Carte des terroirs de Puligny-Montrachet:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... uligny.gif
Carte des terroirs de Saint Aubin
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... /aubin.gif
Carte des terroirs de Chassagne-Montrachet:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... ssagne.gif
Carte des terroirs de la colline des Cortons et de Pernand-Vergelesses:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... ernand.gif
Carte des 1er crus de Chablis:
http://www.vins-bourgogne.fr/index.php? ... UmfA%3D%3D
Carte des terroirs de Vosne-Romanée
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... /vosne.gif
Carte des terroirs de Gevrey-Chambertin
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... gevrey.gif
Carte des terroirs de Nuits Saint Georges
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... /nuits.gif
Carte des terroirs de Chambolle-Musigny
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... usigny.gif
Carte des terroirs de Pommard:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... ommard.gif
Carte des terroirs de Volnay:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... volnay.gif
Carte des terroirs de Beaune:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... beaune.gif
Carte des terroirs de Vougeot:
http://dubois.jeremy.neuf.fr/Carte_appe ... usigny.gif
Avatar de l’utilisateur
didierB
 
Messages: 74
Inscrit le: Lun 1 DĂ©c 2008 09:10

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Patrick » Lun 22 Juin 2009 18:55

Le hasard fait que je tombe aujourd'hui sur ce classement des premiers crus et je dois avouer que de nombreuses choses me dérangent, mais je crois au fond qu'il est à peu près certain que pas un dégustateur ne donnerait une "juste" et "omnisciente" classification, tout au plus peut-il livrer son goût ou alors un collège de dégustateur livrera un goût nivellé, ce qui n'ets pas plus pertinent au fond.
Quelques remarques toutefois:
1/ les Perrières du "dessous" sont plus qualitatifs que ceux du "dessus"...le clos est d'ailleurs dans la meilleure partie du bas que l'on appelle "le plat des Perrières".
2/Forêt est une partie de Montmains et pas forcément la meilleure partie de ce cru de la rive gauche.
3/Fourchaumes est vaste et son meilleur lieu-dit - Vaulorent- est assez petit, de nombreuses zones sont moins qualitatives.
4/Le Clos des mouches est un sol de niveau "moyen" assez loin de la qualité d'un remilly ou d'un "Murgers des dents de Chiens" à Saint Aubin par exemple.
5/Pas un seul cru blanc de Pernand?
6/Comparer des premiers crus de diverses régions ( Chablis / Côte d'Or )ne signifie pas grand chose tant il me semble qu'ils s'expriment différemment.
7/ Si on le fait les terroirs de Pouilly - qui ne sont pas classés - un "Tournant de pouilly" ou un "La roche" se placent sans pb parmi le top 25.
8/Le Clos des epeneaux n'est pas placé dans la meilleure partie des Epenots qui serait plutôt dans les "petits Epenots du dessus".
9/les crus de Morey-Saint Denis n'ont pas été comptabilisés? Qui a bu un Charmes, un Faconnières ou un Mont Luisant me comprendra...
10/ Savigny les Beaune est comme souvent positionnée en retrait...comme Beaune. Quel dommage!



Mon top 5 tout de mĂŞme :

blancs : 1/Perrières dessous - 2/Combettes et Goutte d'Or - 3/Genevrières dessus - 4/Charmes dessus - 5/Pucelles et Folatières
Rouges : 1/Amoureuses et Rugiens - 2/Clos saint jacques - 3/ Caillerets 4/Grands Suchots du dessus et Malconsorts - 5/ Champans et Santenots du milieu
Patrick Essa - Meursault
http://www.degustateurs.pro
Patrick
 
Messages: 135
Inscrit le: Lun 29 Oct 2007 12:25
Localisation: Bourgogne - Meursault

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar didierB » Mar 23 Juin 2009 21:11

le hasard fait bien les choses...merci Patrick avec un éclairage comme le tien , les terroirs de Bourgogne vont se révéler encore plus passionnants ,et il faut dire qu'en matière de découverte des terroirs de bourgogne , la précision et la minutie aident à la clarté... si non on croit comprendre et on passe à côté!...
Je me permets de joindre ici quelques lumières complémentaires du Prof. de Meursault:
http://www.degustateurs.com/forum/forum ... =Meursault
Mon rêve: déguster in situ un Perrières du Dessus et du Dessous ... sentir,ressentir, apprécier et comprendre la différence ...
Avatar de l’utilisateur
didierB
 
Messages: 74
Inscrit le: Lun 1 DĂ©c 2008 09:10

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar fierdetrebourguignon » Ven 7 Jan 2011 16:40

Bravo à tous...En tant qu'homme du terroir bourguignon, je ne peux qu'admirer la recherche et l'érudition de chacun des intervenants...et même moi qui pense en connaitre un rayon j'avoue être bluffé par les recherches et le style dont vous avez fait preuve!
Encore bravo :appl2:
Mick
:jesors:
fierdetrebourguignon
 
Messages: 17
Inscrit le: Dim 2 Jan 2011 12:44

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Lara Mallo » Mer 13 Avr 2011 14:45

La Bourgogne est rempli d'Histoire, et aussi de bons vins !

Après avoir visité et dégusté les bons domaines en Bourgogne, je peux vous dire que j'ai spécialement apprécié la Côte de Beaune. De beaux coins sont à visiter, tels que Beaune, Meursault, Volnay et Saint Romain par exemple. D'ailleurs à Saint Romain nous pouvons retrouver un paysage complètement atypique... Pour les randonneurs comme moi, je vous conseille d'aller y faire un tour (surtout que des beaux circuits de randonnée sont proposés par l'office du tourisme).

En passant dans Saint Romain, n'hésitez pas à aller déguster dans les caves... C'est dans l’ambiance de l'appellation qu'on apprécie le mieux les vins !!! Vous risquez d'être positivement surpris (surtout que j'ai été très bien accueilli lors d'une belle journée ensoleillée, que demander de plus ?)

Bonne continuation à vous tous, et bonnes dégustations !
Lara Mallo
 
Messages: 1
Inscrit le: Mer 13 Avr 2011 11:02

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Lalex » Lun 18 Jan 2016 20:40

.
Le Clos de Vougeot ou la notion de limite dans le patrimoine viticole monastique

revuesshs.u-bourgogne.fr

Alex,
Dernière édition par Lalex le Lun 18 Jan 2016 21:23, édité 2 fois au total.
Lalex
 
Messages: 2074
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Lalex » Lun 18 Jan 2016 20:49

.
La construction des climats viticoles en Bourgogne, la relation du vin au lieu au Moyen Ă‚ge

acrh.revues.org

Alex,
Lalex
 
Messages: 2074
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Lalex » Lun 1 FĂ©v 2016 13:28

.

En plus de winehog, j'ai trouvé ce site qui permet de zoomer de village en village, de climat en climat et certaines parcelles sont déjà renseignées.

burgmap.com

Alex,
Lalex
 
Messages: 2074
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: Le vignoble de Bourgogne

Messagepar Lalex » Dim 11 DĂ©c 2016 09:41

.
Les grands crus de Bourgogne commencent à s’adapter au changement climatique
Les « climats » de Bourgogne représentent la complexe collaboration entre l’homme et la nature permettant de faire les grands vins. Cet équilibre délicat est mis à mal par le changement climatique. Le Bourgogne sera-t-il bientôt un Côtes du Rhône ? Comment s’y adapter ? Reportage à travers les vignes.



- Nuits-Saint-Georges (Côte d’Or), reportage

Certains y décèleront des notes de sous-bois, d’autres se feront surprendre par une odeur de paille inattendue. « Poulailler », ira même jusqu’à dire le producteur du vin, qui tranche finalement le débat : « Il y a cet aspect très forestier, voire gibier, auquel se mêlent des arômes de café et de moka, on est sur quelque chose d’assez torréfié », décrit Pierre-Olivier Garcia, qui réalise ce subtil 1er Cru, Clos des Argillières, 2011.

Bienvenue sur la Côte de Nuits, qui abrite parmi les appellations les plus réputées de Bourgogne. Ici, on ne cultive majoritairement que deux cépages – le chardonnay pour le vin blanc et le pinot noir pour le rouge – et pourtant, le vignoble est riche d’une grande diversité : « A trois mètres, la parcelle donnera un autre goût », explique celui qui reprend avec des amis l’exploitation du domaine de Château Prémeaux, à Nuits-Saint-Georges (Côtes d’Or).

Un peu plus au sud, sur la Côte de Beaune, même cas de figure : « J’ai vingt parcelles, et je fais vingt vins différents », explique Jean-Claude Rateau. La typicité du vin de Bourgogne tient à l’incroyable variété de son terroir, mais pas seulement. « Le premier facteur de réussite d’un vin, c’est l’humain », dit le viticulteur, installé en biodynamie. Pour exemple, il désigne la mosaïque de parcelles qui s’étend à nos pieds : les teintes de vert et de brun sont autant d’indications de la variété des pratiques culturales des vignerons.




C’est ce qu’on appelle les « climats » de Bourgogne, une notion inventée pour nommer cette exigeante collaboration entre l’homme et la nature. Ils constituent un patrimoine immatériel que la France cherche à faire inscrire à l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) : « C’est un concept qui marque l’authenticité et le caractère historique du vignoble, la combinaison d’un sol géologique particulier et de pratiques culturelles ancestrales », explique Pierre-Olivier Garcia.

Mais les climats de Bourgogne sont aussi le résultat de conditions climatiques très particulières, qui ont donné au vin ces caractères si réputés. A l’heure du réchauffement climatique, les grands vins de la côte bourguignonne sont-ils menacés ?

L’environnement change, et les millésimes avec

« Les millésimes changent à toute vitesse », reconnaît Jean-Claude Rateau. Sur le terrain, nombreux sont les viticulteurs à percevoir un changement ces dernières années. On évoque la répétition de « gros coups de sec » ou bien la malédiction qui semble frapper le prestigieux vignoble de Meursault, touché successivement ces trois dernières années par des grêles violentes. Plutôt que de réchauffement, Jean-Claude Rateau parle de « désordre climatique » : « On enchaîne des stress qui vont dans tous les sens, on passe d’un extrême à l’autre : en 2003, on a une année de sécheresse, en 2012, une année trop humide… »

« L’environnement change », confirme Pierre-Olivier Garcia, qui s’inquiète de la « prolifération de certaines espèces » : des insectes tels que la cicadelle ou la drosophila suzukii se sont ainsi développés ces dernières années, conséquence directe de modifications climatiques.

« On suspecte une remontée de maladies exotiques, ajoute Anne-Cerise Tissot, chargée de mission Changement climatique à Alterre Bourgogne. Cela fait partie des impacts pressentis, non encore confirmés. » L’association, qui officie comme observatoire régional de l’environnement, a réalisé en 2011 une étude sur les impacts du changement climatique en Bourgogne et les pistes d’adaptation, une étude qui recense les effets d’ores et déjà constatés dans la viticulture :


Lien vers l'Ă©tude: "Adaptation au changement climatique en Bourgogne": reporterre.net


« On a observé une accélération du rythme de croissance des pieds de vigne et une maturation plus rapide du raisin », détaille Anne-Cerise Tissot. Conséquence immédiate : le décalage des vendanges.

La fin des vendanges en septembre ?

Le constat fait l’unanimité dans la profession : « On vendange plus tôt qu’avant, c’est une évidence. Cela correspond au discours des scientifiques », confirme Philippe Drouin, héritier de la maison Joseph Drouin, négociant-producteur en Bourgogne. Les récoltes se font de trois semaines à un mois plus tôt que dans les années 70, une précocité qui s’explique par la hausse des températures :

« Le débourrement, la floraison et la véraison [moment de l’année où le grain de raisin gonfle, prend sa couleur définitive et accumule du sucre, ndlr] sont déterminés à 95 % par la température », dit Eric Duchêne, ingénieur agronome à l’INRA de Colmar.

Le chercheur, qui étudie les enjeux du changement climatique sur les activités viticoles en France, précise que les répercussions ne se limitent pas au bouleversement du calendrier de développement : la physiologie même des plantes et leur qualité finale s’en trouvent modifiées.

L’analyse est validée par Alterre Bourgogne : « On observe des rendements plus importants, avec des grappes plus lourdes et plus fournies, un phénomène dû à l’augmentation de la concentration de CO2 dans l’atmosphère ». Des raisins plus gros, donc, qui entraînent « une modification des composants organoleptiques et un effet de dilution qui pourraient provoquer un changement dans la composition finale du vin ».

Les Bourgogne deviendront-ils des CĂ´tes du RhĂ´ne ?

Autrement dit, le goût est directement menacé. En plus de modifier profondément l’organisation du travail des viticulteurs, le changement climatique risque donc de transformer les vins de Bourgogne en Côtes du Rhône : « Si une tendance plus chaude se dessine, on peut imaginer des vins plus opulents, avec moins d’acidité, plus ronds et moins taniques », prédit Emmanuel Giboulot, vigneron en biodynamie connu pour son récent procès.

La finesse des vins de Bourgogne se verrait-t-elle donc remplacer par la puissance des tanins du soleil ? Après tout, leur goût a toujours évolué à travers les siècles. « Il y a trente ans on avait des vins acides et secs qu’on n’aimerait pas aujourd’hui », note Eric Duchêne de l’INRA Colmar. Les vins se réchauffent, mais jusqu’à quel point ?

« C’est une grande question, car partout dans le monde, les années trop chaudes, les vins ont tendance à perdre de l’intérêt ». C’est ce qu’a remarqué Philippe Drouhin lors de la canicule de 2003 : « On les reconnaît dans les dégustations, ces vins-là. Ce ne sont pas les meilleurs millésimes que la Bourgogne ait produit ».

« Les conditions climatiques se déplacent de 200 mètres en altitude et 100 kilomètres vers le Nord », explique Anne-Cerise Tissot. En toute logique, les vignes devraient suivre le mouvement. « Mais les climats de Bourgogne, ce sont aussi des sols », rappelle-t-elle.

Quelles solutions ?

Pas question, donc, de déplacer le vénérable vignoble. Autre solution, les cépages historiques pourraient laisser la place à des variétés du Sud, comme la syrah des Côtes du Rhône. « Nous n’envisageons pas de changer de cépages », tranche froidement Philippe Drouhin, se posant en gardien de la tradition bourguignonne.

« Les cépages bourguignons datent du Moyen-Âge. Ils ont été domestiqués ici, à partir de vignes sauvages », rappelle Pierre-Olivier Garcia. Ils sont donc parfaitement adaptés à la région. Et ils ont su évoluer avec les goûts et les pratiques vigneronnes. « Le pinot noir a de grandes capacités d’adaptation, donc on ne se fait pas trop de soucis », ajoute Floriane Vilalou.

Elle travaille pour le GEST (Groupement d’étude et de suivi des terroirs), une association à laquelle plusieurs grands domaines adhèrent et dont Jean-Claude Rateau est le président. « Dans les vignes, on constate sans cesse de nouvelles mutations. C’est le fruit du hasard, et derrière, le vigneron sélectionne ce qui l’intéresse », complète-t-il.

Dans les années 60, la sélection s’est orientée vers les plants les plus alcoolisés et colorés. Désormais, elle pourrait se diriger vers des pinots à maturité plus lente, « pour contrebalancer l’avancée des vendanges », explique l’étude d’Alterre Bourgogne.

Côté blanc, le chardonnay présente moins de variabilité génétique, et donc de possibilité d’adaptation. Pour préserver ses qualités gustatives, il pourrait donc avoir besoin du soutien d’un autre cépage. « On pourrait introduire d’autres variétés sur une même parcelle », envisage Jean-Claude Rateau.

Quoi qu’il en soit, « on ne sait pas où on va », admet-il. La Bourgogne est sur la ligne de démarcation du climat du Nord, qui risque de devenir plus humide et de celui du Sud, qui sera plus sec. Lequel influencera le plus la région ? Impossible de savoir pour l’instant.

Face aux évolutions climatiques, un des enjeux consiste à conserver un réservoir de biodiversité, car la diversité génétique des cépages a par ailleurs plutôt tendance à s’appauvrir depuis les années 70. Ainsi, l’Association pour la sauvegarde de la diversité des cépages de Bourgogne collecte des souches de pinot noir parmi les vieilles vignes. « Le but est que les générations futures aient du matériel végétal dont la variété génétique a été préservée », explique Philippe Drouhin.

De son côté, le GEST se tourne vers les anciens cépages bourguignons, qu’il veut regrouper dans un conservatoire qui devrait s’ouvrir l’année prochaine. « Là-dedans, on sait qu’on trouvera des vignes capables de faire du très bon vin dans toutes les conditions », assure Jean-Claude Rateau.

Des herbes folles au pied des vignes

Dernier axe d’action, les pratiques des vignerons. Le travail à la cave permet d’influer sur la minéralité ou la finesse aromatique des vins. Mais « 80 % d’un vin se fait dans les vignes », rappelle Pierre-Olivier Garcia.

C’est donc le travail agronomique qui doit avant tout évoluer. Par exemple, la taille des vignes peut laisser moins de feuillage. « Cela réduit la consommation en eau et la teneur en sucre des raisins », explique Eric Duchêne. Autre solution, le labour force les racines de la vigne à s’enfoncer plus profondément pour aller chercher l’eau.

Jean-Claude Rateau préserve les herbes folles entre les vignes. La comparaison de sa parcelle avec celle du voisin est éloquente. Entre ses vignes, un épais tapis vert est parsemé de taches fleuries. « Les petites racines des plantes et les secrétions des vers de terre forment une colle qui maintient le sol », détaille-t-il.

A côté, le sol est brun, gratté, sec. L’été, sa température peut monter jusqu’à 40 degrés, stoppant la croissance de la vigne. A l’inverse, « un sol enherbé protège la plante, qui peut continuer de fonctionner pendant les grosses chaleurs », ajoute-t-il.

D’un côté, Jean-Claude Rateau est en biodynamie et n’utilise aucun intrant chimique. Le désherbage se fait en labourant. De l’autre, c’est sans doute l’herbicide Round up qui a fait le travail de nettoyage…

Pourtant Alterre Bourgogne recommande la « couverture des sols » pour limiter l’évaporation de l’eau lors de la saison sèche : dans ce cas, le vigneron sème un fourrage qui est fauché au printemps.

Viticulture de terroir

Il n’y a pas de recette magique pour autant. « On va être dans l’adaptation permanente, à partir de plusieurs méthodes », estime Jean-Claude Rateau. Chaque parcelle ayant son caractère, elle réclame un traitement différent. Il faut être aux petits soins pour garder un sol vivant : « On fait de la viticulture de terroir », rappelle-t-il.

« Certains domaines font toujours la même chose sur toutes les parcelles, tous les ans, raconte Floriane Vilalou. Ces pratiques systématiques ne permettent pas de s’adapter. » En l’occurrence, les procédures standardisées de la viticulture conventionnelle pourraient ne pas résister aux caprices du climat.

La viticulture de l’avenir sera donc forcément « propre », sans chimie. D’ailleurs, aujourd’hui, « tous les grands domaines de chez nous sont en biodynamie », estime Jean-Claude Rateau. De plus en plus de vignobles s’y mettent, par conviction ou par effet de mode. Même les magnats du luxe François Pinault et Bernard Arnault, heureux nouveaux propriétaires de domaines sur les coteaux, convertissent leurs crus aux cycles naturels de la biodynamie.


LES « CLIMATS DE BOURGOGNE », BIENTÔT PATRIMOINE IMMATÉRIEL DE L’HUMANITÉ ?


Cette année, les climats de Bourgogne représentent la France devant l’UNESCO. « La particularité de la Bourgogne est cette micro-parcellisation qui s’est faite à travers des siècles de pratique. On demande le classement pour faire reconnaître notre histoire, mais aussi pour protéger ce patrimoine, explique Pierre-Olivier Garcia. On veut aussi éviter que l’on mette du Round-up dans des parcelles qui coûtent 50 millions d’euros. »

De sa parcelle « Aux champs perdrix », il tire un premier cru blanc dont la finesse tient au complexe argilo-calcaire en sous-sol. « Mais de l’autre côté du chemin, la roche est déjà différente, poursuit le jeune vigneron. La base, c’est le mono-cépage. C’est ce qui permet de comparer d’une parcelle à l’autre, d’apprécier la grande diversité des terroirs bourguignons. »

Démonstration quelques kilomètres plus loin, sur la Côte de Beaune. Jean-Claude Rateau s’arrête à mi-pente, devant la parcelle de premier cru les Bressandes. Le vigneron ramasse une poignée de cailloux beiges de calcaire : « Il agit comme une éponge, il capte l’humidité l’hiver et la relâche l’été. » En même temps, ils réverbèrent le soleil, créant un micro-climat chaud sur la parcelle.

« Ici, nous sommes à la confluence des plaques africaine et européenne. Les roches se poussent et se fracturent, il y a une faille tous les cent mètres », s’enthousiasme le vigneron. Les noms des micro-parcelles reflètent la variété des sols : les Poulettes désignent de petites roches concassées, les Poirets plutôt de grandes pierres plates, les champs perdrix un champ pierreux, etc.


Lien vers La cartographie de la géologie des "Lieux-Dits": reporterre.net


C’est cette mosaïque de sous-sols qui a été patiemment délimitée en parcelles par les moines depuis le Moyen-Âge. Mais ce n’est pas le seul facteur qui joue sur le goût du raisin, et donc du vin : inclinaison de la parcelle, orientation du coteau et exposition au soleil, âge de la roche mère, quantité d’eau disponible. « Tout cela, c’est le terroir », résume Jean-Claude Rateau. Allié aux conditions climatiques particulières de la Bourgogne et au savoir-faire vigneron, voici ce qui donne un « climat ».

Le concept a été inventé pour nommer cette étroite collaboration, élaborée au fil des âges, entre l’homme et la nature bourguignonne. Le dossier a demandé huit ans de travail, il est en cours d’examen par l’UNESCO. Réponse dans le courant de l’été.



Source et article complet: reporterre.net/Les-grands-crus-de-Bourgogne


Alex,
Lalex
 
Messages: 2074
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)


Retour vers Bourgogne

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 3 invités